Révolution sans armes ! Mais avec de la logique et des choix ! « arrêter d’être leurs clients » [Vidéo]

La révolution en 2020 elle se fait par vos choix de vie, si nous sommes des millions à retirer notre épargne dans un premier temps des banques et que l’on arrête de consommer leurs produits délocalisé et bas de gamme en masse, et que nous arrêtons de consentir à leur braquage électoral alors leur monde commencera réellement à s’écrouler.

RÉFLÉCHISSEZ LES PANGOLINS !

LVPT – Laveritepourtous.com

« Un « tsunami » de licenciements, susceptible de détruire des millions d’emplois en France, est inévitable »

(…) Si le dispositif de chômage partiel permet de passer le cap de la crise, en suspendant les contrats de travail, il ne garantit en rien leur pérennité en sortie de confinement et reprise d’activité. Certes, l’État ne repliera pas son plan de soutien du jour au lendemain mais il ne va pas régler pendant des mois les salaires de plusieurs millions de personnes. Et sans cette perfusion, les entreprises exsangues après des semaines à l’arrêt ou au ralenti n’auront d’autre choix que de licencier. (…)

Toute la question est maintenant de savoir ce que le gouvernement va faire face à ce déferlement attendu et inévitable de plans sociaux. Et ce d’autant que l’emploi a déjà entamé son inexorable descente aux enfers – les déclarations d’embauche ont plongé de 22,6 % en mars, les offres d’emploi cadre, de 40 % (…)

La purge qui se prépare, il faut en être conscient, va être d’une violence, inédite. Les suppressions de postes se chiffreront en centaines de milliers, si ce n’est en millions. (…)

LVPT -Laveritepourtous.com

Publicités
Publicités

SOURCE: Le Figaro

Les émeutes et violences urbaines ville par ville durant la nuit du 21 avril

Compilation non exhaustive des divers « débordements » et violences urbaines ayant eu lieu dans la nuit du 21 au 22 avril 2020. Cet article sera mis à jour au fur et à mesure.

N’hésitez pas à signaler en commentaire les articles de presse liés signalant des débordements non indiqués ici.


Argenteuil (95) : des véhicules incendiés. La police a retrouvé des cocktails Molotov.
Source

Aulnay-sous-Bois (93) : des voitures et des poubelles ont été brûlées, et des projectiles ont été envoyés vers les forces de l’ordre.
Source

Bagneux (92) : des affrontements avec la police.
Source

Belfort (90) : nuit calme suite a l’arrivée du renfort d’une demi-compagnie de CRS. Une poubelle incendiée.
Source

Chanteloup-les-Vignes (78) : des échauffourées avec la police. les CRS caillassés.
Source et Source

Clichy-la-Garenne (92) : des affrontements avec les forces de l’ordre.
Source

Conflans-Sainte-Honorine (78) : La police caillassée par une vingtaine de jeunes.
Source et Source

Cormeilles-en-Parisis (95) : des véhicules incendiés.
Source

Egly (92) : un véhicule de gendarmerie endommagé.
Source

Ermont (95) : des affrontements entre des individus cagoulés et des policiers dans le quartier des Chênes. Des feux de poubelles, une caméra de surveillance sciée, la police visée par des tirs de mortiers.
Source et Source

Gennevilliers (92) : l’école élémentaire Paul-Langevin incendiée.
Source

Gonesse (95) : des véhicules incendiés.
Source

Grenoble (38) : Un groupe d’individus a bloqué l’avenue Rhin et Danube à l’aide d’une « barricade », la police caillassée et visée par des tirs de mortiers.
Source

Hem (59) : les policiers et les pompiers ont essuyé quelques jets d’objets. Présence de petits attroupements à proximité des incendies à Hem.
Source

Herblay (95) : des véhicules incendiés.
Source

Le Havre (76) : des barricades érigées sur la chaussée. Deux véhicules incendiés ainsi que des feux de poubelles. Une trentaine d’individus encagoulés et armés de battes de baseball ou encore de bouteilles, ainsi que de barres de fer.
Source

Laon (02) : seize poubelles incendiées, deux interpellations.
Source

Lille (59) : plusieurs incendies de voitures et de poubelles ont été signalés dans les quartiers Entrepont-Cartigny et Nouveau Roubaix.
Source

Limoges (87) : des caméras de surveillance détruites quartier de Beaubreuil suite à une interpellation mouvementée. L’IGPN saisie.
Source

Mantes-la-Jolie (78) : la police prise à partie par une dizaine de « trublions ».
Source

Maurepas (78) : les pompiers visés par des tirs de mortiers.
Source

Montigny-lès-Cormeilles (95) : la police visée par des jets de projectiles.
Source

Montreuil (93) : des voitures et des poubelles ont été brûlées, et des projectiles ont été envoyés vers les forces de l’ordre.
Source

Nanterre (92) : des voitures et des poubelles ont été brûlées, et des projectiles ont été envoyés vers les forces de l’ordre. Des véhicules de gendarmeries pris à partie par une quarantaine de personnes qui les ont ciblés et caillassés.
Source et Source

Pau (94) : deux véhicules et des poubelles ont été incendiés dans le quartier Ousse des Bois. La police tombe sur des barricades et se fait caillasser par une dizaine d’individus.
Source et Source

Pontoise (95) : des véhicules incendiés.
Source

Ronchin (59) : des feux de poubelles et des véhicules incendiés.
Source

Roubaix (59) : une dizaine de personnes ont dressé une barricade avec des poubelles incendiées et ont lancé des projectiles vers les policiers. Une interpellation.
Source et Source

Rueil-Malmaison (92) : des affrontements avec la police, 4 interpellations.
Source

Saint-Ouen-l’Aumône (95) : la police visée par des jets de projectiles.
Source

Sannois (95) : des véhicules incendiés par des individus cagoulés.
Source

Sarcelles (95) : des véhicules incendiés.
Source

Strasbourg (67) : dans le quartier de la Meinau, quatre jeunes ont lancé des pavés sur la police. Une interpellation.
Source

Taverny (95) : la police visée par des jets de projectiles.
Source

Trappes (78) : la police visée par des tirs de mortiers.
Source

Toulouse (31) : une trentaine d’individus ont semé le trouble entre les secteurs de La Reynerie et de Bellefontaine. Une dizaine de feux de poubelle et au moins cinq véhicules incendiés. Des barricades ont également été érigées dans les rues Louise-Michel et Erik-Satie. La police caillassée et visée par des tirs de mortiers.
Source

Tourcoing (59) : des feux de poubelles et des véhicules incendiés.
Source

Versailles (78) : La police tombe dans un guet-apens. une bande de jeune déplace un bloc de béton sur la route et met le feu à une poubelle. La police visée par des tirs de mortier. Plusieurs feux de poubelles et un véhicule incendié.
Source

Villeneuve-la-Garenne (92) : des voitures et des poubelles ont été brûlées, et des projectiles ont été envoyés vers les forces de l’ordre.
Source

Villiers-le-Bel (95) : la police visée par des jets de projectiles.
Source

Je n’ose imaginer la répression policière si à la place de ces émeutiers cela avait était des gilets jaunes !

LVPT – Laveritepourtous.com

Émeutes en banlieue : vers l’embrasement général et la pénurie alimentaire !

Force est de constaté que la force publique est plus prompt a matraquer et éborgner des travailleurs, retraités et étudiants Français que des dealeurs et racailles en période pourtant d’état d’urgence sanitaire !

Embrasement général: sous le prétexte d’une jambe cassée à Villeneuve-la-Garenne, les banlieues sensibles s’enflamment les unes après les autres : Villeneuve, Pantin, Aulnay-sous-Bois, Clichy-sous-Bois, Champigny-sur-Marne, Tourcoing, quartiers de Toulouse et Lyon… Chaque nuit, des dizaines de voitures sont brûlées, les policiers et pompiers attaqués au mortier ou au cocktail Molotov, affrontements armés… Une forme de guerre s’instaure dans les quartiers, les policiers déjà mobilisés sur tous les fronts se trouvent encore une fois en première ligne.
Le plus étonnant et le plus scandaleux dans tout cela tient en deux mots : aveuglement d’abord, puis bienveillance du gouvernement et des médias.

Il y a un mois, je publiais ici même une tribune intitulée « Le vivre-ensemble à l’épreuve des faits. » D’autres collègues chroniqueurs ont alerté sur ce qu’il se passait. Sur la plupart des médias mainstream, c’était silence radio. Voyons les unes de la presse d’aujourd’hui. Le Monde titre « les jeunes crient à l’injustice, les policiers à l’impunité générale », renvoyant dos à dos les uns et les autres, comme s’il s’agissait de bandes rivales… L’article parle du ras-le-bol des banlieues confinées, des jeunes qui se sentent harcelés par la police, victimes de bavures… L’interpellation houleuse du jeune délinquant de Villeneuve-la-Garenne a été présenté d’office, sur BFM et ailleurs, comme une bavure, sans la moindre des précautions d’usage : les médias auraient-ils oublié la fameuse affaire Théo ?

Libération titre « La révolte gronde » : les banlieues ne supporteraient plus le confinement, car il serait plus dur à respecter pour eux, qui vivent dans de petits appartements… Les mêmes arguments ont été entendus sur France Télévision, BFM TV, RMC Info etc. Personne ne parle de la cause réelle de l’agitation, que j’évoquais ici il y a un mois : la perte de chiffre d’affaires des dealers, qui assure des revenus à une part importante des jeunes de ces quartiers. Sur cette évidence, silence radio, personne ne dit mot : il ne faut pas ostraciser. Le Corse que je suis ne peut s’empêcher de rappeler que lorsque des truands insulaires sont mis en cause dans des exactions, les médias ne prennent pas tant de gants pour rappeler l’origine des gangsters… Personne non plus ne pointe les moyens utilisés : quand on vise des pompiers, des médecins, des infirmières et des ambulanciers au mortier ou au cocktail Molotov, ce n’est plus de la révolte, c’est de l’agression pure et simple.

Quant aux membres du gouvernement, Macron et Castaner en tête, on a vu à quel point ils cherchaient à contourner le sujet en accordant une dérogation de fait aux quartiers : instructions laxistes à la police, et maintenant assouplissement des règles du confinement annoncé par le préfet des Bouches-du-Rhône pour les musulmans en période de ramadan…

Les semaines qui vont suivre, entre prolongement du confinement et crise économique gravissime, verront une explosion sans précédent de la violence dans notre pays : il est grand temps de voir la réalité en face, et d’agir à temps et avec fermeté, plutôt que de laisser couler en espérant que ça se tasse…

Pénurie alimentaire: En Seine-Saint-Denis, des milliers de personnes « vont avoir du mal à se nourrir » durant la présente épidémie de coronavirus. Une affirmation qui émane directement du préfet du département, rapporte Le Canard enchaîné.

Des appels aux grandes entreprises

« Mon principal risque dans les quinze jours qui viennent est, si l’on excepte le risque sanitaire, le risque alimentaire… », a indiqué Georges-François Leclerc à son homologue de la région Île-de-France, dans un mail, évoquant un « risque maximal » également dans le Val-d’Oise, voisin de la Seine-Saint-Denis. « Nous comptons entre 15 000 et 20 000 personnes qui, entre les bidonvilles, les hébergements d’urgence et les foyers de travailleurs migrants, vont avoir du mal à se nourrir », a ajouté le préfet du 93.

Plusieurs solutions locales ont déjà été mises en place : la préfète déléguée pour l’égalité des chances, Anne-Claire Mialot, a par exemple lancé un appel aux grandes entreprises – au secteur privé, donc -, « pour avoir des couches et du riz ». Reste que « ce qui était jouable sur un mois de confinement ne le sera pas sur deux », poursuit le préfet de Seine-Saint-Denis dans son courrier. Un élu confie par ailleurs au Canard enchaîné que, devant les soupes populaires, « les files d’attente ne diminuent pas, et ce ne sont pas des habitués, ce sont des salariés ». 

« Venir en aide à plus de 90 000 personnes »

La Caisse d’allocations familiales (CAF), de son côté, vient d’annoncer le versement d’une aide de 150 euros par foyer aux bénéficiaires de différentes prestations sociales, comme le RSA. Une aide supplémentaire qui ne sera versée qu’à partir du 15 mai. Enfin, lundi 20 avril, le ministère de la Ville et du Logement a annoncé un doublement du nombre de tickets alimentaires. Objectif : « pouvoir venir en aide à plus de 90 000 personnes dans les prochains jours ».

LVPT – Lavéritépourtous.com

Manipulation des graphiques par l’INSEE, la preuve par l’image [Vidéo]

On peut absolument tout faire dire à des chiffres et à des statistiques car il suffit de les présenter dans le contexte le plus favorable ou, à l’inverse, le plus défavorable, selon l’effet recherché. Il suffit par exemple ici de montrer les chiffres de l’année 2017 pour voir l’inverse s’afficher. Il suffit également de dire qu’il y a chaque année 150 000 décès dans les EHPAD pour comprendre que les 7000 morts actuels ne représentent pas une catastrophe sanitaire…


« Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées. »

Winston Churchill

Publicités
Publicités

Au regard d’une série statistique publiée le 17 avril 2020 par l’Insee, j’accuse cette administration de manipuler l’opinion publique. Par des méthodes classiques d’omission et de manipulation graphique, cet institut arriverait presque à nous faire croire que la mortalité du SARS-COV-2 dépasse celle des épidémies des années précédentes. La Pravda en marche…

LVTP – Lavéritepourtous.com

« Restez chez vous » : le slogan de la dictature en marche

Je fais suite à mon précédent article sur le déconfinement et aux commentaires des lecteurs, certains, les plus nombreux, très positifs, d’autres témoignant d’une pré-adhésion en quelque sorte vertueuse et à leur corps défendant au conditionnement ; ceux-là sont des victimes ; d’autres enfin relevant du procès d’intention et de la projection de leur propre peur et de leurs propres fantasmes alors que je n’ai jamais dit que je sortirais sans masque. 

Très longtemps, moi qui ai toujours été un rebelle, viré de tous les lycées, atypique marginal au boulot, je me suis demandé comment pouvaient fonctionner les dictatures et comment des hommes seuls pouvaient prendre barre sur des peuples entiers et les soumettre. Mon expérience personnelle m’a permis de mesurer qu’un caractère trop indépendant vous valait une sorte de suspicion sociale en retour, et que finalement la société, dans sa majorité, était plutôt moutonnière et consentante à un certain ordre tacite. Le consensus social conduit à la norme et la norme au rejet de « l’anormal », c’est ainsi qu’en temps ordinaire s’établit une certaine forme de contrôle social mutuel et spontané. Il n’est pas mauvais en soi, il faut bien que la société se tienne ; juste pénible pour ceux qui sont un peu en dehors de la courbe de concentration.

Mais de là à imaginer comment les dictatures peuvent se coaguler et comment, comme on peut l’entrevoir, certains peuvent y contribuer, il y avait un pas que je croyais infranchissable en France. Pourtant certaines observations anciennes pouvaient déjà laisser entrevoir ce qui est en train de se passer.

Pendant mon service militaire, j’ai refusé de faire les EOR pour faire l’expérience de l’immersion à parité dans la profondeur de catégories sociales que je ne côtoyais pas dans mon milieu d’origine. Il me semblait que j’en tirerais un enseignement pour le reste de ma vie. Ce fut le cas. Je compris qu’une société sans classe, celle des 2e classe indifférenciés et brassés sans ordre au départ, se hiérarchisait spontanément sur un critère donné, le plus trivial en l’occurrence, celui de l’ancienneté, de la classe d’appel. Les libérables au-dessus de la pile, les bleubites aux corvées. Je mesurai aussi qu’on pouvait se faire baiser par beaucoup plus con que soi. Le cabot inculte au QI d’huître pouvait vous envoyer au trou ou vous torturer quotidiennement. Il fallait s’y soumettre qui que l’on soit. Gare au petit chef doté d’un sifflet, d’une casquette ou d’une quelconque part de pouvoir. Plus il est con, plus il est méchant, plus il est utile aux dominants, au système, à l’ordre établi ; et donc sélectionné à cet effet.

Plus tard, au boulot, je compris que les gens confondaient souvent gentillesse et faiblesse et que les cons osaient tout ; y compris tenter de vous mordre les mollets par derrière, même si vous étiez beaucoup plus fort qu’eux. Mais qu’en même temps, ils pouvaient être surpris quand au bout d’un moment vous leur retourniez un bon coup de latte dans les dents. Je compris aussi que les gens ne respectaient que les gens qui les emmerdent ; ressort fondamental de la hiérarchie et de l’exercice du pouvoir. Il n’y ni partage, ni parité ni consensus dans l’exercice du pouvoir. Mieux vaut être craint qu’aimé. C’est ainsi. Personne n’aime Macron, mais tout le monde craint l’éborgnement.

Voilà pour la condition humaine en temps normal : consensus pour l’ordre même le plus trivial, hiérarchisation et contrôle social spontanés, apparition d’une classe dominante et de classes soumises, demande d’autorité, voire d’autorité injuste, respect et soumission face au dominant, rejet du rebelle car dangereux s’il paraît trop proche de vous. Du coup, on comprend pourquoi les politiques sont comme ils sont : des prédateurs suradaptés à la nature humaine pour en tirer un maximum de profits personnels. Comment le leur reprocher alors que nous les suscitons par nos propres faiblesses.

Mais revenons-en aux ressorts de la dictature. Deux cas de figure : la dictature consentie type Allemagne hitlérienne, ou Turquie actuelle, tout un peuple dominant s’incarne derrière le dominant alpha. Ce cas ne nous concerne pas. La dictature subie de type stalinien, forme archaïque, qui s’établit par la terreur, peur du goulag, peur de la déportation, peur de l’élimination physique, peur de la relégation sociale, peur des pressions exercées sur les familles. C’est ce cas qui nous concerne avec une novation moderniste : la peur panique d’un virus soigneusement mis en scène et la soumission consentie, sans violences, sans camps d’internement, sans déportations. Le totalitarisme 2.0 c’est l’obéissance consentie en contrepartie d’une protection espérée mais jamais donnée. Au contraire, on nous en prive pour d’avantage nous terroriser. 

Cette fois-ci, la peur n’a pas d’incarnation humaine, elle s’établit par rapport à un réalité sans visage, un virus soi-disant sans passeport qu’on a consciencieusement laissé entrer toutes frontières ouvertes et qu’on a fait prospérer en bannissant tous les moyens de lutte. Elle s’établit par des statistiques égrenées tous les soirs avec une constance de métronome par un cyborg aux allures de chef comptable. 

Voilà donc un gouvernement qui tente de nous terroriser en nous interdisant de sortir alors qu’il a tout fait pour nous exposer tout en nous privant de protection. Comment peut-on subir cela sans se rebeller et surtout comment peut-on admettre l’inversion accusatoire que comporte de manière subliminale ce slogan :

Quelle est la responsabilité du citoyen dans la mort de ceux que le pouvoir n’a pas protégés ? Doit-on renter sous terre parce que le pouvoir nous laisse crever ?

Comment osent-ils nous priver de liberté et nous forcer à restez chez nous en nous rendant coupables de mettre la vie d’autrui en danger, alors que ce sont eux qui nous font crever ?

Comment certains d’entre nous peuvent-ils se laisser avoir par une manipulation aussi triviale ?

À l’inverse, c’est nous qui devrions leur hurler :

CASSEZ VOUS

VOUS NOUS FAITES CREVER

L’avènement du pouvoir dictatorial ne peut s’établir que grâce au relai d’une presse de propagande aux ordres, mais aussi grâce au concours de toute une hiérarchie d’affidés, de commensaux, de collabos, de délateurs, de dénonciateurs, de nervis, d’exécuteurs des basses œuvres, de tortionnaires. On peut être un salaud de nature, c’est assez rare, on peut aussi le devenir par calcul opportuniste. Enfin, en conditions exceptionnelles, on peut le devenir par contagion de la peur, parce qu’on pète de trouille.

Nous en somme exactement au point où certains, terrorisés par la propagande mortifère du pouvoir, la relayent, et où d’autres se sentent autorisés à tenter de terroriser les déviants, bientôt à les dénoncer. Le mécanisme du totalitarisme est en route, des collabos sont en train de se susciter dans le pays par la peur qu’ils se communiquent de proche en proche.

La dictature commence exactement ici et maintenant avec ceux qui par peur pointent déjà du doigt les rebelles et les lanceurs d’alerte.

Se déconfiner, c’est-à-dire s’autoriser à sortir quand on veut, comme on veut et pour les raisons que l’on veut, sans subir les diktats illégitimes d’un pouvoir totalitaire ; évidemment masqué en public et éventuellement démasqué quand on est seul, est le premier acte de résistance à la portée de tout un chacun.

SOURCE: RIPOSTE LAIQUE

REVEILLEZ VOUS LES PANGOLINS

LVPT – Lavéritepourtous.com

STOP CONFINEMENT: Réveillez vous les pangolins ! Mensonge d’état PREUVES !

Force est de constater qu’après plus d’un mois d’état d’urgence sanitaire, la pandémie du siècle, en France et dans le monde est en train de faire un bide !

Pour rappel chaque année dans le monde la grippe saisonnière fait environ 500.000 morts. Et bonus de cette année les morts de la grippe ne seront pas vraiment comptabilisés ! Pour les EPAHD c’est 150.000 morts par an.

On apprend sur France inter le 16 mars Jérôme Salomon le rapporteur de la commission de suivi du virus pour le gouvernement nous promettait entre 300 et 500.000 morts ( rien que ça ), en France, aux USA toujours plus et plus haut l’OMS prévoyait environ 2,2 Millions de morts ! Donc les gouvernements prompte à réagir ont confiné en masse leurs peuples pour les sauver du méchant virus chinois !

Sauf que voila en fait tout cela était erroné, L’OMS avoue s’être trompée et estime maintenant à 96.000 le nombre de morts potentiel, Trump appelle donc a un dé-confinement immédiat et suspend ses subventions a cet organisme de propagande mondialisé qu’est l’OMS.

Pour la France même état de fait la pandémie du siècle arrive péniblement à 20.000 ( une grosse grippe quoi ), les chiffres tombent et le journal Libération (Rothschild) nous apprend que l’année 2018 sur les mois de mars et avril il y a eu plus de morts qu’en 2020, aucune surmortalité liée au Covid-19 donc, nous aurait-on MENTI et affolé pour rien en criant au loup, pour nous confiner dans nos bergeries ?

Il est l’heure de sortir de notre confinement mental et vite très vite reprendre le pays et le terrain des idées politiques ! STOP CONFINEMENT

BONUS 1 : Pour France Télévision (Gouvernement) , 9% de la population (67Millions) = 1,5Millions. ce qui nous donne pour 15.000 morts un taux de mortalité a 0,1% ont est bien loin des 10 a 20 % annoncé avant le confinement !

BONUS 2 : Mais 9% de la population française ce n’est pas 1,5M mais 6M de Français, donc un taux de mortalité plus proche de 0,0025%

REVEILLEZ VOUS ! ETEIGNIEZ VOTRE TV ! SORTEZ DE CHEZ VOUS !!!

Média Mainstream AUX ORDRES, mais qui possède ces médias dominant ?

Depuis le début de la pandémie nous voyons une presse aux ordres, mais ce n’est pas nouveau, le grand capital place ses pions en chien de garde dans les méRdia mainstream, et ses valets dans nos institutions public.

en voici une illustration, alors que tout les Français ont plus de questions que de réponses sur cette soit disant pandémie voici l’analyse de l’allocution du Président de la Ripoublique par ces VENDUS:

Mais pour qui travaillent t’ils ?? ne sont ils pas la pour nous informer nous le peuple et produire un travail critique qu’importe le politique en place ?

VOICI LEURS VRAIS PATRONS : LE GRAND CAPITAL !

ETEIGNIEZ VOTRE TV

SOUTENEZ L’INFORMATION INDÉPENDANTE & CITOYENNE ! LVPT-Média

Confinement: 5 Minutes de vérité appel a l’insurrection par l’humoriste Dieudonné [Vidéo]

Les syndicats ne sont plus depuis l’avènement du mouvement émancipateur des gilets jaunes en France !

Ils servent qu’a nous faire perdre l’objectif de vue pour mieux négocier leurs subventions en direct avec les tenants du pouvoir.

« On se fait la BCE »

« La colère ne faiblit pas »: les renseignements redoutent un mouvement social d’ampleur après le confinement

Dans des documents confidentiels des services de renseignement que Le Parisien a pu consulter, les agents redoutent un mouvement social d’ampleur dès la sortie du confinement. «Gilets jaunes et blouses blanches», soit le personnel soignant, pourraient ainsi se rallier.

Le service central du renseignement territorial craint une radicalisation de la contestation sociale dès la sortie du confinement, relate Le Parisien en se référant à des notes confidentielles.

Selon le quotidien, depuis le 4 avril, un collectif rennais de militants de la mouvance contestataire «Refusons le retour à la normale» prépare une action. Il est indiqué qu’un rassemblement aura lieu à 11h00, mais la date n’est pas encore connue.

«Notre colère ne sera pas confinée. Retrouvons-nous dans la rue dès la fin du confinement. Mettons le pouvoir en quarantaine!», indiquent-ils dans des messages publiés sur les réseaux sociaux et repérés par Le Parisien.

Selon le média, les forces de l’ordre analysent de tels propos quotidiennement.

«Le jour d’après est un thème fortement mobilisateur des mouvances contestataires, écrit Le Parisien en citant des analyses du service central du renseignement territorial (SCRT) datées du 7, 8 et 9 avril.

«Le confinement ne permet plus à la gronde populaire de s’exprimer, mais la colère ne faiblit pas et la gestion de crise, très critiquée, nourrit la contestation».

«Gilets jaunes et blouses blanches»

D’après le quotidien, ces mouvements de contestation comptent rallier le personnel soignant, qui lutte en première ligne contre le coronavirus. Des groupes nommés «Nantes révoltée» ou «Rouen dans la rue» envisagent d’utiliser la pénurie de matériel de protection pour créer une «transversalité des luttes». Ils souhaitent de la sorte associer «Gilets jaunes et blouses blanches».

En outre, les agents du SCRT constatent dans leurs notes la diffusion d’«une attestation de déplacement révolutionnaire» faite par un média alternatif bordelais se revendiquant des Gilets jaunes. Sur ce document, les cases à cocher sont: «déplacements entre le domicile et le pouvoir indispensable à l’exercice d’émeutes» ou encore «participation à des commandos sur demande des assemblées populaires».

Les agents, cités par le quotidien, évaluent la situation:

«D’un côté, l’ultra-gauche interprète le confinement comme la mainmise de l’État et un supposé totalitarisme. De l’autre, l’ultra-droite nourrit fantasmes et théories du complot sur l’origine de la crise».

SOURCE: Les Moutons Rebelles