Le Ministre hongrois des Affaires Etrangères : Nous voulons une Hongrie chrétienne, une Europe chrétienne

Dans un entretien avec le registre, Péter Szijjártó explique pourquoi, à son avis, la politique d’immigration de son gouvernement, opposée à l’UE, est nécessaire pour préserver l’héritage chrétien de la Hongrie et de l’Europe.

Ces dernières années, la Hongrie a été presque seule en Europe à lutter pour conserver son héritage chrétien et à préserver son identité chrétienne face à l’Union européenne qui a tenté de faire le contraire.

C’est ce que beaucoup considèrent comme une politique d’immigration « rigide », tandis que le gouvernement du pays insiste sur une politique judicieuse d’immigration contrôlée (elle s’oppose à l’immigration illégale et irrégulière et favorise un contrôle strict de ses frontières extérieures).

Cette semaine, cette politique (avec d’autres) a conduit à un affrontement avec le Parlement européen, qui envisage de prendre des mesures disciplinaires sans précédent contre ce pays pour avoir prétendument violé les valeurs fondamentales de l’UE. Si elles étaient approuvées, ces mesures punitives pourraient inclure la suspension du droit de vote de la Hongrie, bien que cela soit considéré comme peu probable. (La Pologne et l’Italie ont déjà annoncé qu’elles y opposeraient leur veto. ndB)

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a qualifié cette initiative de « petite revanche » des politiciens favorables à une politique d’ouverture des frontières en Europe.

Les évêques de la région semblent soutenir la position de la Hongrie sur la migration : les Conférences épiscopales d’Europe centrale et orientale ont publié un communiqué le 7 septembre dans lequel elles affirment “qu’il n’est pas facile de surmonter les différences mentales et culturelles qui existent entre l’Est et l’Ouest”. Ils ont ajouté que, même si les pays ne doivent pas être« indifférents » à l’égard de ceux qui sont « en danger de mort ou de famine », tout doit être fait pour aider leurs pays d’origine à résoudre les problèmes qui provoquent les migrations.

Le 24 août, Szijjártó s’est entretenu avec le Register de sa politique en matière de préservation de l’héritage et de l’identité chrétienne de la nation et a expliqué que la Hongrie est le seul pays au monde à avoir un service dédié aux chrétiens persécutés. Les évêques hongrois soutiennent l’engagement du gouvernement et, le 5 septembre, ils ont lancé un appel pour aider les chrétiens souffrant de persécution en Afrique et en Asie.

La Hongrie a beaucoup fait pour aider les chrétiens persécutés : quels sont les plans du gouvernement pour l’avenir à cet égard ?

La Hongrie se sent responsable, en tant que représentant un pays chrétien, d’aider les communautés chrétiennes dans le besoin. C’est pourquoi nous avons créé un secrétariat d’État distinct, doté d’un bureau voué à la surveillance de la situation des communautés chrétiennes persécutées. Nous avons toujours donné directement des ressources financières à ces communautés et nous continuerons à le faire. Tout récemment, nous avons décidé d’accorder un million d’euros à l’Église maronite au Liban pour qu’elle puisse mener des actions de soutien aux familles et nous avons également financé la rénovation de plus de 40 églises chrétiennes au Liban. À l’avenir, nous ferons davantage pour aider ces familles chrétiennes à retourner chez elles, [celles] qui ont dû fuir à cause de Daesh ou d’autres organisations terroristes qui ont pris possession de leurs maisons et de leurs territoires.

Pourquoi la protection des chrétiens persécutés est-elle si importante pour le gouvernement hongrois ?

La Hongrie est un pays chrétien depuis plus d’un millénaire. Le gouvernement actuel est un gouvernement chrétien démocratique qui prend au sérieux l’héritage du christianisme en Hongrie et en Europe, et nous aimerions préserver l’Europe en tant qu’Europe chrétienne. Etant Hongrois, nous voulons préserver la Hongrie et la Hongrie chrétienne. Le gouvernement prend au sérieux ses responsabilités locales mais ne peut perdre de vue les réalités extérieures, et donc, en tant que pays chrétien pendant un millénaire, ne pas aider les communautés chrétiennes persécutées dans le monde entier, sinon qui le fera ?

Dans quelle mesure l’Europe conserve-t-elle son héritage et son identité chrétienne et en quoi est-elle au cœur de la politique d’immigration de la Hongrie ?

Nous sommes convaincus que cette crise migratoire met en danger l’héritage chrétien de l’Europe. Malheureusement, on a vu et constaté ce qu’il en a été dans la partie occidentale de l’Europe alors que des législations ont été adoptées pour supprimer les symboles chrétiens dans certains bâtiments publics. Nous n’apprécions pas ce phénomène. Nous pensons que l’Europe devrait s’en tenir à ses valeurs chrétiennes. C’est la seule façon pour l’Europe de retrouver sa position de force en matière de compétitivité mondiale, qu’elle soit économique, commerciale ou démographique.

Considérez-vous que la défense de la foi chrétienne est synonyme de défense de la souveraineté, en particulier face à une UE critiquée pour son manque de respect pour l’autonomie des États et la démocratie ?

Oui, en réalité, l’Union européenne est l’otage de l’hypocrisie et du politiquement correct, ce qui empêche l’Europe d’être assez courageuse pour défendre son héritage chrétien. Nous pensons que la liberté est l’une des valeurs les plus importantes de l’Europe et que la liberté de religion doit être au sommet de cette catégorie. La liberté de religion est un droit accordé par Dieu et aucun homme ne peut l’enlever à personne. Donc, sans liberté religieuse, nous ne pouvons certainement pas parler de liberté en Europe et ailleurs dans le monde.

Laveritepourtous.com

OMS : Organisation Mondiale de la Saloperie ?

Pas une journée sans que l’OMS ne tente de relancer la psychose « Covid-19 » ou « coronavirus ». D’abord, il s’agissait de dizaines de millions de morts potentiels qui ont justifié des politiques de confinement inédites pour une grippe, fut-elle féroce. Puis il y a eu la légende de la « deuxième vague », que beaucoup de Français craignent encore, et enfin la théorie du virus « éternel », qui renaîtra tel un phénix ici ou là au gré de l’insouciance des Terriens qui ne se sont pas suffisamment soumis aux injonctions de l’OMS. Et aujourd’hui, c’est le coup du pic de contaminations – 100 000 cas en une journée (historique pour l’OMS) – et l’attaque du Covid chez les pauvres… Ben voyons ! 

Mais l’OMS seule ne serait rien sans les médias et les États qui ont relayé une psychose qui les arrangeait bigrement : jamais cette organisation véritablement mondialiste et faussement humanitaire (voir les dégâts de la vaccination forcée dans des pays africains) n’a été autant prise au sérieux. Et les résultats de cette attitude sont désastreux, bien plus désastreux que les malheureuses victimes d’une grippe.

« L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait état, mercredi 20 mai, du plus grand nombre de nouveaux cas de Covid-19 dans le monde en une seule journée depuis le début de la pandémie, disant craindre ses conséquences dans les pays les plus pauvres. « Nous avons encore beaucoup de chemin à faire dans cette pandémie de Covid-19. Au cours des dernières 24 heures, 106 000 cas ont été déclarés à l’OMS – le chiffre le plus élevé pour une seule journée depuis le début de l’épidémie », s’est alarmé le directeur général de l’OMS. » (France Info)

La communication de cette officine qui n’a rien de supranational – c’est le cache-sexe de Bill Gates, le vaccinateur fou, qui est lui-même le cache sexe des intérêts des grandes multinationales, les Grandes de ce monde – rappelle celle de l’OSDH, l’Observatoire syrien des droits de l’homme, l’étrange officine basée à Londres et 100 % alignée sur les besoins et les intérêts de l’armée et du renseignement britanniques, c’est-à-dire de l’Empire. Voici ce que déclarait le Syrien Rami Abdurrahman, l’opposant de Bachar al-Assad installé depuis 2000 dans la patrie du MI6 :

« Depuis Coventry, dans le centre de l’Angleterre, j’ai créé en mai 2006 l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Mon objectif est de rapporter ce qu’il se passe en Syrie et de le relayer aux médias. Je décompte quotidiennement les victimes des bombardements en Syrie mais aussi les déplacements de population, les combats. Chose extrêmement importante pour moi : je ne fais pas de propagande, je reste objectif et impartial. »

Mêmes buts, mêmes moyens : on exagère le nombre de morts, on désigne l’ennemi à abattre (Bachar/le virus), on taxe toute critique d’anti-humaniste ou de pro-complotiste, voire fasciste, on est relayé par les médias mainstream du monde entier, en majorité néolibéraux, on monte des coups censés affoler le monde ou entraîner l’adhésion de l’opinion publique mondiale (le gazage de la Ghouta, les casques blancs d’un côté, le confinement nécessaire et le déconfinement impossible de l’autre).

Preuve que les médias marchent dans la combine, l’AFP augmente même le nombre de morts dus au Covid-19 dans le monde : 323 370 personnes. Alors qu’on sait tous, les soignants les premiers, que beaucoup de morts ont été floqués « Covid-19 » pour les besoins de la cause (augmentation des budgets et des effectifs), à la fois médicale et politique. On est encore loin des 650 000 morts de la grippe saisonnière 2017 mais ça ne fait rien, ce qui compte, c’est la com’, pas le contenu.

C’est à l’image des films hollywoodiens de médiocre qualité qui comptent sur le marketing et la promotion pour remplir les salles. On sait que le bouche à oreille sera faible, cela condamne le navet à terme, mais le remplissage forcé des salles après une bonne campagne multimédia suffit à amortir la daube. Les spectateurs se font entuber mais ce qui compte, c’est la caisse enregistreuse, pas la colère des gens.

Idem avec l’OMS qui crie au loup depuis le début : les peuples sont en train de se rendre compte que le Covid-19 n’est ni la grippe espagnole de 1919 ni la peste noire de 1347, malgré le coup de pouce Jérôme Salomon, notre pseudo-directeur de la Santé. Le Covid-19 version OMS, c’est un navet, une fake news, mais bien enveloppés et remarquablement vendus à tous les pays qui voulaient se débarrasser de leur opposition interne ou de leur contestation populaire. La grippe a bien servi des objectifs politiques, et la destruction de valeur (exactement comme dans une guerre) dans nos pays va servir des intérêts qui échappent au commun des mortels : c’est la Dette, donc la Banque, qui sortira vainqueur de ce conflit haut/bas. Il s’agit d’une reprise en main mondiale de la part des pouvoirs profonds que les peuples en colère commençaient à désigner, à circonscrire, à viser. Et là, la réponse devient subitement sérieuse : une guerre contre les peuples, pour reprendre l’expression de Claire Séverac !

Pour ceux qui douteraient encore de la réalité de cette entourloupe, de cette ingénierie monstre, voici un article qui remet en question le dogme du confinement imaginé par un certain Neil Ferguson…


Et si la décision d’imposer le confinement était basée sur des conjectures mathématiques approximatives ?

Docteur en philosophie, éditorialiste et chroniqueur de grands journaux et vulgarisateur scientifique, Matt Ridley est l’auteur d’une série de best-sellers dans le domaine anglo-saxon. Il se définit comme un « rationaliste optimiste ». Après la démission de Neil Ferguson, il a cosigné avec le député David Davis une interpellation concise, mais essentielle sur les méthodes « scientifiques » par lesquelles on a poussé les gouvernements à prendre une mesure d’une violence extrême et historiquement inouïe : mettre en quarantaine les populations saines de pays entiers.

Le professeur Neil Ferguson, de l’Imperial College, s’est « mis en retrait » par rapport au groupe SAGE (Scientific Advisory Group for Emergencies, NdT) qui conseillait les ministres après qu’on eut révélé ses entorses galantes à la règle du confinement. Peut-être aurait-il dû en être écarté pour un faux pas plus conséquent. Les détails du modèle que son équipe a échafaudé pour prédire l’épidémie se font jour et ils ne sont pas beaux à voir. Selon les mots respectifs de quatre modélisateurs expérimentés, son code est « profondément criblé de bogues », c’est « une machine de Robinson assez arbitraire » qui charrie « d’énormes blocs de code — une mauvaise pratique » et constitue « très probablement le pire code de production que j’aie jamais vu ».

Lorsque les ministres font des déclarations politiques en matière de coronavirus, ils affirment invariablement qu’ils « écoutent la science ». Mais la science de pointe est désordonnée et peu claire, c’est une joute d’idées arbitrée par les faits, un processus de conjecture et de réfutation. Cela n’est pas nouveau. Il y a près de deux siècles, Thomas Huxley décrivait la « grande tragédie de la science » comme « l’assassinat de belles hypothèses par des faits moches. »

En l’occurrence, « la science » désigne en fait le modèle du Collège Impérial, qui prédit potentiellement des centaines de milliers de morts, et sur la base duquel le gouvernement britannique a instauré le confinement en mars. Les conseils de la commission SAGE ont un impact énorme sur la vie de millions de personnes. Pourtant, la commission se réunit en privé, ne publie aucun compte rendu et, jusqu’à ce qu’elle ait été mise sous pression, ne publiait même pas le nom de ses membres. Nous avons pris des décisions sur la base des oracles d’une boîte noire, verrouillée qui plus est.

Il est devenu courant pour les pronostiqueurs financiers, le Trésor, les climatologues et les épidémiologistes de citer les résultats des modèles mathématiques comme s’il s’agissait de « preuves ». Une utilisation correcte des modèles consiste à passer les théories de systèmes complexes au crible des faits. Si d’aventure nous voulons fonder des prévisions et des politiques sur des modèles, nous devons être en mesure de vérifier leur exactitude, en particulier lorsqu’ils sont à l’origine de décisions impliquant la vie et la mort. Tel n’a pas été le cas avec le modèle du Collège impérial.

Lire l’article entier sur antipresse.net

Laveritepourtous.com

La «prime covid» de 1.500 euros promise par le gouvernement ne sera pas versée à tous les soignants

Promise fin mars par Emmanuel Macron, la «prime Covid de 1.500 euros maximum destinée au personnel soignant sera versée sans distinction dans 40 départements. Mais dans 79 autres hôpitaux en «première ligne» durant l’épidémie de coronavirus, la somme ne pourra être attribuée qu’à 40% des effectifs, selon des quotas.

Dans de nombreux hôpitaux de France, de Brignoles à Saint-Malo, en passant par Cayenne ou Gisors, les personnels soignants, techniques administratifs et étudiants de quelques dizaines d’hôpitaux publics ne savent pas encore s’ils toucheront 500 ou 1.500 euros au titre de leur mobilisation durant l’épidémie de coronavirus.

Le décret paru vendredi dernier octroie en effet le montant maximal de cette «prime exceptionnelle» à tous les personnels hospitaliers (à condition d’avoir travaillé une durée minimum) dans les 40 départements les plus touchés par l’épidémie.

Dans les 61 autres départements, il faudra se contenter de 500 euros, sauf dans ces 79 établissements (dont 19 CHU) qui ont accueilli des malades du Covid-19 et où le directeur «peut relever» cette prime à 1.500 euros «pour les services ou agents impliqués dans la prise en charge de patients contaminés (…) ou mobilisés par les circonstances exceptionnelles d’exercice», selon un projet d’instruction ministérielle dont l’AFP a obtenu copie..

Mais il n’y en aura pas pour tout le monde: «Ce dispositif dérogatoire est mis en oeuvre dans la limite de 40% des effectifs physiques», précise l’instruction rédigée par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS).

Un quota assorti d’une recommandation aux directeurs d’hôpitaux, invités à présenter aux instances représentatives du personnel (comité technique, commission médicale) «les critères envisagés (…) notamment pour la liste des services éligibles» qui devra être transmise à l’agence régionale de santé (ARS).

Trois organisations syndicales ont indiqué à l’AFP avoir eu connaissance de ce document ou de son contenu, confirmé mardi après-midi par la DGOS.

«Tous les personnels hospitaliers, quels que soient leur statut, leur activité, leur positionnement hiérarchique, bénéficieront d’une prime exceptionnelle», a rappelé cette administration, ajoutant que «dans les 79 hôpitaux dits « de première ligne », l’ensemble des agents la percevra à hauteur de 500 euros et, dans la limite de 40% des effectifs, les plus impliqués la verront relevée à 1.500 euros».

LIRE LA SUITE

Laveritepourtous.com

Pour Netanyahou, « il est temps » d’annexer des pans de la Cisjordanie occupée …

Benjamin Netanyahou a annoncé ce dimanche 17 mai, la mise en place d’une stratégie visant à appliquer le « projet de paix » israélo-américain. La mise en place de ce plan débutera le 1er juillet, et prévoit, entre autres, d’annexer des pans de la Cisjordanie. Et tout cela se fera, évidemment, sans l’accord des autorités palestiniennes…

Après 500 jours de crise, le gouvernement d’union de la droite et du centre (rassemblant le « Likoud » et le mouvement « Bleu-Blanc ») a prêté serment ce dimanche 17 mai. Le premier ministre Netanyahou a profité de l’événement pour prendre la parole devant le parlement israélien et évoquer le projet américain qui justifie l’annexion des terres palestiniennes : « Voici la vérité : ces territoires sont là où le peuple juif est né, et s’est développé. Il est temps d’appliquer la loi israélienne et d’écrire un nouveau chapitre glorieux dans l’histoire du sionisme ». Selon Netanyahou, l’annexion rapprochera les deux États de la paix : « La vérité, et tout le monde le sait, c’est que des centaines de milliers de résidents de Judée-Samarie [expression évoquant la Cisjordanie] resteront toujours chez eux, quel que soit l’accord de paix trouvé in fine ». Il a également ajouté : l’annexion « ne nous éloignera pas de la paix, elle nous en rapprochera ». Permettez-nous d’en douter…

Le projet américain, rejeté totalement par les palestiniens, prévoit l’annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies israéliennes en Cisjordanie, occupées depuis 1967 par l’État hébreu. Durant les dix dernières années, la population des colonies israéliennes a augmenté de près de moitié, dépassant les 450.000 habitants. La cohabitation avec les 2,7 millions de Palestiniens présents sur le territoire est hautement conflictuelle.

De leur côté, les palestiniens et la Jordanie, non conviés dans la négociation des « accords de paix », ont mis en garde sur les conséquences que peuvent engendrer un tel projet.

Le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit, a également alerté, lors d’une réunion extraordinaire, sur le risque d’enflammer les tensions dans la région : « Il ne fait aucun doute que de telles mesures ouvriront la porte à des tensions et des risques difficiles dont les conséquences seront imprévisibles, ce qui s’ajoute aux grandes difficultés auxquelles sont confrontés les pays de la région en raison de l’épidémie du Covid-19 » a-t-il déclaré.

La Cisjordanie est occupée illégalement au regard du droit international depuis 1967. Et pourtant, le conflit israélo-palestinien semble échapper à ce dernier, puisqu’aucune sanction n’est jamais dressée contre l’État hébreu. Avec le soutien ferme de Washington pour ce dernier, l’espoir d’un accord de paix semble se dissiper…

Source : Le Média pour Tous

Laveritepourtous.com

L’US Army menace la marine iranienne, les unités armées affûtent leurs armes

Plus d’un mois après le tweet guerrier de Trump où l’intéressé avait dit avoir donné à son armada l’ordre de « détruire » des vedettes rapides iraniennes, l’armée américaine a émis ce mercredi matin, heure de Téhéran, un communiqué. A en juger la teneur, les généraux US, paniqués déjà à l’idée d’avoir à faire face aux cinq pétroliers iraniens qui, à l’heure qu’il est, devraient se trouver pas loin des côtes vénézuéliennes pour lui livrer leur cargaison d’essence, se seraient creusés les cellules grises pour faire écho au tweet présidentiel.

Ainsi l’armée US lance-t-elle un ultimatum : dans son communiqué, elle affirme considérer désormais comme une « menace »  tout navire ou embarcation « étranger » qui se trouverait à moins de 100 mètres de ses navires de guerre  et que par conséquent, elle prendrait des«mesures défensives légales» ! Les termes « étranger » et « légale », marquant évidement l’extrême culot dont fait preuve une marine étrangère dont la présence au Moyen-Orient n’a cessé d’être une source de tension et de guerre. Aussi inventent les Etats Unis d’Amérique leur propre loi de navigation, ajoutant au droits habituels de klaxonner, de tir des fusées éclairantes et enfin de tir de semonce, une clause exceptionnelle, « une distance à naviguer » !

<img src="data:image/svg+xml;charset=utf-8,
Un combattant du CGRI lançant un avertissement aux marines à bord de l’USS Puller, 15 avril 2010, golfe Persique/Fars News

Mais on croit presque rêver : voici une Amérique dont les navires se permettent de faire irruption non loin des eaux territoriales iraniennes, d’y multiplier des exerces militaires parfaitement belliqueux et qui se fixent à des zones de « transit légal» comme si le golfe Persique faisait partie des eaux territoriales US ou de l’Atlantique, là où un face-à-face Iran/USA est plus qu’attendu. Le communiqué de l’US Army dit que l’Amérique ne veut pas la guerre et tente de justifier sa ridicule ultimatum en affirmant que « 100 mètres » puissent sembler loin, mais qu’il est incroyablement proche pour les grands navires de guerre qui ont du mal à virer rapidement, comme les porte-avions, n’empêche que la peur se lit partout dans ce texte.

Il y a deux jours le ministre de la Défense, le général de brigade Amir Hatami a d’ailleurs anticipé ce communiqué de l’US Army : « Une attaque militaire contre l’Iran sera ripostée par une attaque militaire. Un point c’est tout. L’Iran infligera une réponse ferme et catégorique à tout agresseur pour défendre sa sécurité nationale et il a prouvé qu’il tient la parole. L’assassinat de notre grand général Soleimani en Irak aurait dû servir de leçon aux Américains, acte dont la riposte a ébranlé le concept même de base militaire US dans le monde », a dit le ministre de la Défense.

Juste avant, les Américains avaient toutefois perdu leur emprise sur le ciel de la région par la destruction en plein espace aérien du golfe Persique d’un drone ce qui a laissé une fente géante dans ce supposé chape de radars de censeurs et de satellites que l’Amérique se croit créer au Moyen-Orient et qu’elle croit surtout invulnérable.

Presque au moment où  l’US Army lançait son ultimatum de pacotille à l’Iran, les médias ont fait état du départ de deux autres tankers bourrés d’essence et opérant sous pavillon iranien, cette fois, vers la Chine, signe que l’Iran est plus que déterminé à en découdre avec ce géant au pied d’argile qu’est l’Amérique. Est-ce une « irruption » de l’USS Puller en plein exercice de patrouille du CGRI dans le golfe Persique qui allumera la mèche ?

Source : presstv

Laveritepourtous.com

Après le confinement, la submersion migratoire ?

Le rétablissement progressif des déplacements internationaux risque d’entraîner un afflux massif de clandestins. Cette prévision n’émane pas de dangereux conspirationnistes mais d’organisations internationales « respectables ». Face à ce péril, le gouvernement français semble désarmé. Pire, son inaction rend possible la submersion migratoire du pays.

Dans la période de l’après-confinement qui s’ouvre, le rétablissement progressif des transports aériens, maritimes et terrestres en Europe devrait être accueilli comme une bonne nouvelle. Pour au moins une raison, cela n’est pas le cas. Le retour à la normale risque en effet d’entraîner un afflux de clandestins en France. De nombreuses conditions sont réunies pour le rendre possible.

La situation migratoire vue par des institutions internationales

Trois récentes communications viennent coup sur coup rappeler aux Français une dure réalité que le confinement aurait pu faire oublier : de très nombreux extra-Européens attendent leur heure pour venir clandestinement en Europe et en particulier en France.

La première communication est un rapport du Bureau européen d’appui en matière d’asile publié le 5 mai(1). Si les rédacteurs du rapport constatent que le confinement a entraîné une forte baisse des demandes d’asile en Europe en mars 2020, ils rappellent néanmoins que l’émigration « liée à l’asile » vers l’Europe avait fortement augmenté durant les deux premiers mois de 2020 par rapport à l’année dernière : +14 %. L’institution financée par l’Union européenne estime très vraisemblable que la dégradation de la situation sanitaire dans les pays du tiers-monde en raison de la pandémie du coronavirus entraîne une forte augmentation du nombre de candidats extra-européens au départ pour l’Europe. La suspension de la lutte des pays de la coalition contre l’État islamique est également soulignée par les rapporteurs, ainsi que le risque d’une résurgence de cette mouvance et de ses funestes projets, dont l’Europe pourrait être le terrain d’opération.

Le 14 mai, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime publiait un rapport sur les effets du Covid-19 sur l’immigration illégale(2). L’institution fait non seulement le constat que celle-ci a continué pendant le confinement instauré dans les pays européens. Elle estime également très prévisible que le chômage et la récession dans les pays du tiers-monde entraînent un regain de l’activité des passeurs et autres trafiquants d’êtres humains, comme cela s’était produit après la crise financière de 2008.

Plus récemment, l’Agence européenne de police criminelle Europol soulignait dans un communiqué de presse du 15 mai plusieurs conséquences aux restrictions de circulation(3). L’une d’entre elles est une demande accrue de clandestins dans le secteur agricole, dont une partie de la main-d’œuvre est retournée au pays. Les représentants d’Europol soulignent également une adaptation et une agressivité accrue des passeurs et des trafiquants d’êtres humains, qui pourraient se déployer à l’occasion du rétablissement des transports internationaux.

Il n’y a pas que les passeurs qui piaffent d’impatience. Ce sont des centaines de milliers, voire des millions, de migrants qui attendent leur heure pour venir en Europe de l’Ouest à partir notamment de la Libye(4), de la Turquie, du Maroc et des Balkans(5). Dans ce contexte, tout signe de laxisme est guetté avec attention. Des signes qui ne manquent pas ces derniers temps, en particulier venant de France.

La France désarmée

La presse s’en est fait l’écho, les arrestations de personnes en situation irrégulière en France semblent réduites à la portion congrue. De nombreux centres de rétention administrative destinés à retenir les clandestins avant leur expulsion ont pratiquement été vidés, « pour raison sanitaire »(6). Comme s’il fallait ajouter une autre incitation à venir clandestinement dans notre pays, le gouvernement pratique à tout-va les régularisations appelées pudiquement « admissions exceptionnelles au séjour ». De 2015 à 2018, ce ne sont pas moins de 149 680 clandestins qui ont été régularisés(7). L’appel d’air suscité par cette mesure est considérable. Même en situation normale, le gouvernement français est un des pires pays européens en matière de retours forcés : seuls 15 % des obligations de quitter le territoire ont effectivement été exécutées en 2018(8).

L’Union européenne n’est pas en reste

Pendant ce temps, des membres des institutions européennes multiplient les déclarations et parfois les mesures qui aboutissent à affaiblir la maîtrise des flux migratoires par les pays européens.

Le 16 avril, la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a demandé que les migrants recueillis en mer, notamment par les bateaux des O.N.G., ne soient plus ramenés en Libye, ce qui était pourtant déjà rare, et que la coopération avec les garde-côtes libyens soit rompue(9).

Le 30 avril, de nombreux députés européens plaidaient pour faciliter la migration et l’asile par des voies légales et sûres, appelées « couloirs humanitaires ». En pleine paralysie d’une partie de l’économie européenne, les députés de gauche justifiaient cette position pour « combler les besoins du marché du travail» !(10).

La présidente de la Commissaire européenne, Ursula von der Leyen, n’est pas en reste. Elle vient de rappeler aux pays européens de l’U.E. le principe du non-refoulement des migrants et la nécessité de continuer les opérations de « relocalisation»(11).

Pour parachever le tout, c’est l’opération Sophia, initialement chargée par l’Union européenne de lutter contre les passeurs convoyant des migrants de Libye en Italie, qui a été récemment réorientée vers le contrôle de l’embargo sur l’importation d’armes en Libye(12).

En renonçant au peu d’outils qu’il avait dans la lutte contre l’immigration clandestine, le gouvernement français apparaît totalement désarmé au sortir du confinement. L’Union européenne ne fait qu’ajouter à ce désarmement qui est également moral. Les pays de l’est de l’Europe montrent qu’une autre voie est possible. C’est paradoxalement au pire moment, en pleine crise économique, que risquent d’arriver des cohortes de clandestins qui n’auront souvent comme seul viatique que les aides sociales versées par un État criblé de dettes. Dans ces circonstances, le virage « social » du président Macron ne peut qu’inquiéter.

Paul Tormenen via Polemia

Laveritepourtous.com

L’économie ne se remettra pas totalement sans un vaccin, selon le patron de la Fed

Le patron de la Banque centrale américaine a estimé dimanche que la première économie du monde ne pourra se remettre totalement du choc provoqué par la pandémie de Covid-19 qu’avec un vaccin, dans une rare interview au ton plutôt optimiste.

« Si on part du principe qu’il n’y aura pas de seconde vague (d’infections) par le coronavirus, je pense qu’on verra l’économie guérir graduellement pendant tout le second semestre de cette année », a déclaré Jerome Powell, selon un court extrait d’une rare interview accordée à la chaîne CBS, dont l’intégralité sera diffusée dimanche soir. «Toutefois, pour que l’économie se rétablisse complètement, il faut que les gens retrouvent pleinement confiance, il faudra peut-être attendre l’arrivée d’un vaccin », a-t-il souligné.

L’administration Trump a retenu 14 candidats à un vaccin et promet de pouvoir fournir des centaines de millions de doses à la population américaine d’ici janvier 2021. L’économie américaine a été très sévèrement ralentie par les mesures de confinement imposées à la majorité de la population du pays pour tenter d’enrayer l’épidémie qui a déjà fait près de 90.000 morts dans le pays.

Laveritepourtous.com

La presse (gauchiste) voit rouge : les fils de Trump envoient des signaux (très) à droite

Attention, vous entrez dans une zone de fortes rafales de propagande. Le site d’informations en ligne de France Télévisions fait son travail de dénonciation des mal-pensants. Aujourd’hui il dénonce les fils du président Trump qui ne sont pas assez gauchistes :

Tout le monde sait que Trump est un populiste de droite, que ses fils sont des populistes de droite, mais France Info voudrait qu’ils soient de bons gauchistes comme 99 % des effectifs de France Info.

Hélas, les Américains, peuple, élus et hommes politiques, se foutent des injonctions du site français d’informations de service public comme de leur première tuerie de masse.

Il est évident que Trump va aller chercher un appui à droite, dans le petit peuple américain qui l’a élu, et qu’il va essayer de faire jouer son bilan d’avant pandémie pour les autres catégories électorales.

Pour France Info, on n’a tout simplement pas le droit d’être de droite, ou de la droite des valeurs. Normal pour un site de propagande qui prône la gauche des valeurs (le côté libertaire) et la droite du travail (le côté libéral). – La Rédaction d’E&R –


Vous pensiez que Donald Trump était particulièrement habile sur les réseaux sociaux ? Attendez de rencontrer ses enfants ! Ses trois aînés, Donald Jr, 42 ans, Ivanka, 38 ans et Eric, 36 ans, avaient déjà occupé le devant de la scène lors de la campagne présidentielle de 2016. Trois ans et demi plus tard, alors que le président américain remet son mandat en jeu en novembre 2020, la fratrie s’est remise en ordre de bataille.

Samedi 16 et dimanche 17 mai, les « first kids » ont pris la parole dans la presse conservatrice ainsi que sur les réseaux sociaux, afin d’accréditer des théories du complot susceptibles de mobiliser une frange très investie de l’électorat de Donald Trump. Un début de campagne qui pourrait donner le ton, alors que le président, privé de meeting par l’épidémie de coronavirus, entend bien exploiter l’avance dont il dispose sur son adversaire.

Du clin d’œil discret à la « blague » de mauvais goût, voici comment le cercle le plus rapproché du président ouvre les hostilités à six mois du scrutin.

Donald Trump Jr : un mème diffamatoire qui parle à l’« alt-right »

« Donald Trump Jr fait ce qu’il a toujours fait : le sale boulot des campagnes électorales de son père ». Dans cet édito publié dimanche, un journaliste de CNN estime que le fils aîné du clan Trump mérite le titre de « roi des trolls ». En cause : la publication samedi sur Instagram d’un détournement prétendument humoristique (un « mème ») qualifiant de pédophile l’adversaire démocrate de son père, l’ancien vice-président Joe Biden.

Ce dernier fait l’objet d’une accusation de viol par une ancienne collaboratrice, Tara Reade. En revanche, rien ne l’accuse pour comportement inapproprié vis-à-vis d’enfants ou d’adolescents. Pourquoi donc l’attaquer sans aucun fondement, alors que le candidat est déjà déstabilisé par un scandale bien réel ? Parce que la pédophilie est une « obsession de l’alt-right », résumait Newsweek dès 2017. C’est même le fondement du « Pizzagate », la théorie complotiste qui a émergé à l’aube de l’élection présidentielle de 2016, et selon laquelle les élites démocrates de la ville enfermaient et violaient des enfants dans l’arrière-salle d’une pizzeria de la capitale.

L’accusation selon laquelle les démocrates et, plus largement, l’élite de gauche, défendent la pédophilie est une constante des médias alternatifs d’extrême droite, fervents défenseurs du candidat Trump. Ainsi, en 2016, le présentateur complotisme Alex Jones déclarait « n’avoir aucun mal à se lever contre Hillary Clinton » « en pensant à tous les enfants qu’elle a personnellement assassinés, découpés en morceaux et violés », rappelait Newsweek.

Donald Trump Jr, lui, n’a pas été si loin, se contentant de poster une photo de Joe Biden flanqué du mot « pédophile ». Après qu’un journaliste du New York Times a mentionné sur Twitter le contenu accusateur posté sur Instagram, l’aîné Trump s’est défendu, tweetant une réponse évidemment ambiguë :

« 1. les trois émojis “rire” que j’ai mis en commentaire suffisent à quiconque avec un brin de bon sens pour comprendre que je plaisante. 2. Si les médias ne veulent pas qu’on se moque et qu’on fasse des blagues sur Joe Le Malaise, alors peut-être qu’il devrait arrêter de toucher sans accord et garder ses mains pour lui ? »

Un tweet qui s’accompagne de photos montrant Joe Biden embrassant des enfants sur le front, ou les tenant par les épaules.

Eric Trump et la théorie complotiste de la création du coronavirus

Eric Trump s’est quant à lui exprimé sur Fox News, la chaîne conservatrice préférée du président.

« Ils pensent qu’ils privent Donald Trump de sa meilleure arme, qui est sa capacité a remplir des stades de 50 000 places à chaque meeting. Ils vont en faire des caisses jusqu’au 3 novembre. Et devinez quoi, après le 3 novembre, le coronavirus va disparaître comme par magie, tout à coup, et tout le monde pourra rouvrir [les commerces et restaurants]. »

Par « ils », comprenez « les démocrates ». Quant à la date du 3 novembre, il s’agit simplement de la date de l’élection présidentielle.

Or, comme l’affirme cette enquête de The Atlantic consacrée aux forums pro-Trump se revendiquant des théories complotistes « QAnon » (une sorte de communauté réunie autour de multiples conspirations dont raffolent beaucoup de supporters de Donald Trump) :

« Une série d’idées ont émergé dans la communauté QAnon : que le coronavirus n’est pas réel, qu’il a été créé par le “deep state”, les membres du gouvernement et les élites qui dirigent le monde en secret ; que l’hystérie autour de la pandémie est un complot pour nuire aux chances de réélection de Trump ; et que les médias se réjouissent du nombre de morts. »

Laveritepourtous.com

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

CORONAVIRUS MAUVAIS CALCUL ! Réveillez-vous !

France , 27000 morts , 66 millions d’habitants , soit une mortalité de 0,04 % ! Ou si vous préférez, ce monstrueux virus a épargné 99,96 % de la population ! Eteignez votre TV, allumez votre cerveau ! Laveritepourtous.com

Chine 1.44 milliard d habitants

Inde 1.34 milliard d habitants

Afrique 1.23 milliard d habitants

Total de ces 3 pays : 4.1 milliards d’habitants

Population mondiale 6.8 milliards d’habitants

Reste du monde. 2.7 milliards d’habitants

Vous comprenez ?

Covid 19 nombre de morts en Chine : Entre 6000 et 8000 soit 0.0004 et 0.0005 % de la population chinoise.

Morts du covid 19 dans le monde. Environ 300 000 soit 0.005 % de la population mondiale.

Vous suivez ?

Question : Sur quel curseur Bill Gates et l’OMS veulent-ils agir pour faire baisser la population mondiale ?

Sur les pays à démographie importante ou sur le reste du monde ?

Autre question : Comment avons nous pu nous faire couillonner avec des chiffres aussi faibles ? Pourquoi les états se sont servis d’une pandémie qui n’en est pas une pour faire peur aux populations mondiales??

Vaccin: Comment peut-on travailler sur un vaccin quand le virus du covid n’a pas été encore isolé? Pour qu’il soit isolé il faut qu’il y ai un véritable virus or à ce jour c’est une inconnue.

Pour terminer le VIH a fait 32 millions de morts depuis 30 ans et il n’y a toujours pas de vaccin…

Vous avez compris ? Si vous n’avez pas compris continuez à croire tout ce que l’on vous raconte… pour ceux qui veulent les sources… Démerdez-vous… Bossez un peu tout est dispo sur le net de façon officielle!

Laveritepourtous.com

L’Iran met en garde les États-Unis contre leurs provocations visant ses pétroliers

Après le harcèlement américain sur les pétroliers iraniens qui transportent du carburant pour le Venezuela, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Moussavi, a affirmé que le libre-échange entre les pays indépendants est un acte légitime et ce qui est illégitime est la piraterie maritime dont les États-Unis sont au premier plan.

« L’Amérique de Trump perturbe l’ordre mondial, ignore les normes et cherche l’anarchisme mondial. Ce que les Américains ont dit sans vergogne de nos navires recevra certainement une réponse de notre part », a indiqué Seyyed Abbas Moussavi.

Le haut responsable iranien a ensuite souligné la responsabilité de « l’administration américaine en ce qui concerne les conséquences de tout mouvement illégal, réitérant le droit de l’Iran à adopter des mesures appropriées et nécessaires face à de telles menaces.

« Nous avons envoyé aux Américains les recommandations nécessaires via l’ambassade de Suisse et notre représentation à New-York. Nous avons fermement averti dans la lettre du ministre iranien des Affaires étrangères à l’adresse du secrétaire général des Nations unies. Nous espérons que les Américains ne commettront pas une telle action illégale », a-t- il ajouté.

« Les bateaux transportant du carburant sont en route vers le Venezuela », a-t-il poursuivi.

Le commerce que font ces navires est légal aux yeux du droit et il n’y a aucun obstacle juridique devant ce commerce légitime. Si ce commerce ne plaît pas aux États-Unis ce ne sera pas une raison pour qu’ils l’empêchent. Nous espérons qu’ils ne commettront pas de stupidité », a averti le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Le quatrième pétrolier iranien, Faxon, a traversé le détroit de Gibraltar en direction de l’Amérique latine.

Après Fortune, Petuna et Forest, il s’agit du quatrième pétrolier transportant de l’essence ou du diesel iranien, qui, selon les médias occidentaux, « se dirige vers l’Amérique latine et très probablement le Venezuela ».

Les médias et les responsables occidentaux prétendent que d’importantes expéditions d’or ont été transportées vers l’Iran par certaines compagnies aériennes iraniennes en provenance du Venezuela. Certains analystes disent que les expéditions d’or sont en fait le prix du carburant à livrer au Venezuela.

Le cinquième pétrolier Clavel, a également traversé le canal de Suez ces derniers jours et se dirige vers le Gibraltar et l’Amérique latine.

Laveritepourtous.com

La République en marche va perdre sa majorité absolue à l’Assemblée nationale

Excellente nouvelle mais, sachant que les autres partis – UMP, PS, Verts, Cocos… – sont également des traîtres, cela ne va donc rien changer au niveau du vote des lois car ils sont bien pires que Larem… Mais cela reste malgré tout une bonne nouvelle car le montage Larem/Macron est en train de s’effondrer.


Un groupe indépendant formé d’une vingtaine de députés, dont 10 de LaREM, devrait être formé mardi, selon BFMTV.

Hégémonique jusqu’à présent, le groupe de La République en Marche à l’Assemblée nationale pourrait devoir composer avec d’autres sensibilités. Une vingtaine de députés menacent de créer un nouveau groupe indépendant. LaREM perdrait sa majorité absolue à la chambre basse.

Si les tractations se font entendre depuis le 8 mai dernier, les 20 députés ont pris leur décision, selon BFMTV. Selon la chaîne d’information en continu, le nouveau groupe sera formé mardi 19 mai. Ce sont 10 députés de LaREM qui rejoindraient cette nouvelle équipe sous la bannière « Écologie, démocratie, solidarité ».

Matthieu Orphelin et Paula Forteza, deux députés qui ont appartenu à la majorité seront co-présidents du nouveau groupe, qui ne veut se situer ni dans l’opposition, ni au sein de la majorité présidentielle.

Même si LaREM perd la majorité absolue, le […]

Laveritepourtous.com

U Liberté d’expression » à la Dieudo versus Amnesty, RSF et Plenel

Dieudo empêché de faire son spectacle dans son bus ? Que pensent nos « ONG internationales » de cette « entrave à la liberté d’expression » dans cette contrée des « lumières » héritée de Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Diderot et autres ? Où sont-elles ? 

Une France du 21ème siècle outragée, humiliée, rendue vassale des forces sataniques au nom de ses propres valeurs ? Une France réduite dans sa force, malade de ses contradictions, assujettie par manque de réflexion et d’innovation, qui rassemble tous les critères qui caractérisent le sous-développement ! Une France métastasée dans toutes ses institutions tout en se présentant, perfidement, modèle « d’égalité, de liberté et de fraternité » ! Une France libre dans les limites de la souveraineté permise !

Il a fallu seulement 50 ans, après la disparition d’un certain Charles, pour réussir à pervertir ses valeurs et la rendre tutrice d’une nébuleuse et problématique, instance dites française dénommée Crif qui dicte ce qui est licite et illicite pour sa gouvernance, qui impose subrepticement des vétos sur tout ce qui risque d’entraver le projet sioniste d’hégémonie mondiale !

Un géant au pied d’argile nanisée par une poignée puissante d’idéologues nocifs qu’un simple humoriste, humaniste, déstabilise par allusion ou par ricochet avec ses pamphlets sur les droits humains et les valeurs de la France souillée ! Rien n’est venu à bout pour le faire taire et l’anéantir : poursuites judiciaires pour antisémitisme, interdiction des salles de spectacles…

Ce « salaud de Dieudo » semble pourrir la vie des sionistes en France par son humour, d’une intelligence infernale, qui viserait la « communauté juive » alors qu’une bonne majorité des juifs le soutiennent pour ses positions antisionistes, pro-palestinienne et défendant les valeurs humanistes… par l’humour s’il vous plait !

Approchez, approchez, messieurs dames, il n’y a rien à voir dans son bus, car il est « réquisitionné par l’État » par la force de deux fourgons de police, pour cause « on le sait sans le dire », en empêchant 10/20 spectateurs de voir son spectacle ? (en présence mystérieuse, semble-t-il, de Castaner … et d’une « membre de l’ambassade d’Israël » ?) C’est surréaliste et fou, non ?

Mais que font donc Amnesty international, RSF et Edwy Plenel et autres ? Occupés où ?

Dieudo pense tout autrement, car dit-il « aujourd’hui, je me sens Rosa Parks, Farrakhan, Malcolm X et Mandela … Ils pensent m’avoir anéanti, en saisissant mon dernier outil de travail, mon bus, mais c’est tout le contraire qui va se produire »… « Ils me tueront peut-être comme ils l’ont crucifié, mais la mort sera plus confortable pour moi que la soumission à toute cette m…e »

Voici ce que dit un internaute : « Ils sont en guerre ! Mais nous, nous sommes en paix ! Ils ont tout l’or du monde, tandis que nous avons des gilets jaunes ! Ils sont vieux même quand ils ont 20 ans et nous sommes jeunes même à 50 ans. Ils se cachent derrière des masques démasqués, alors que nous sommes masqués à visages découvert. On rit d’un rien, ils pleurent de tout ! Ils ont volé un bus, alors qu’ils ne l’ont jamais pris. Mais pour nous un bus de perdu, c’est dix bus, le métro, le tramway, etc… de retrouver. Ils ont Lucifer à un prix exorbitant ! Mais nous, nous avons Dieudonné ! »

Ce sacré Dieudo doit certainement être en accord avec la citation de F. Raynaud « Quand je vois ce que je vois et que j’entends ce que j’entends, je suis bien content de penser de ce que je pense » … à la différence que Dieudo « pense, dit et fait ce qu’il pense ».

Laveritepourtous.com

C’est un fait : la criminalité en France est presqu’exclusivement étrangère

Nicole Belloubet a annoncé que près de 8 000 détenus seront libérés avant la fin de leur peine pour désengorger les prisons exposées à l’épidémie de Covid-19. Notons au passage qu’on se préoccupe davantage des délinquants que des vieux dans les Ehpad :

on a le sens des priorités au gouvernement !

Aussitôt des voix ont prétendu que 130 islamistes avaient été remis dans la nature. Xavier Raufer, docteur en géopolitique et criminologue, qui suit de près ces questions et ne s’est jamais montré complaisant à l’égard de nos gouvernants, a démenti cette affirmation. Selon lui, en dépit de recherches approfondies, aucune trace sérieuse de la libération d’islamistes n’a pu être trouvée. Soyons-en soulagés.

Pour autant, il n’y a pas lieu de se réjouir outre mesure car Xavier Raufer révèle aussi la récente transmission de deux rapports annuels sensibles : le Rapport sur la criminalité organisée en France par le SIRASCO (Service d’Information, de Renseignement et d’Analyse Stratégique sur la Criminalité Organisée) pour la police nationale 

Le service de lutte anti-mafia Service de lutte anti-mafia Pour mieux lutter contre les mafias, la direction centrale de la police judiciaire a mis en place un service, commun à la police et à la gendarmerie. Objectifs du SIRASCO : recueillir, centraliser et analyser les informations sur la criminalité organisée en France.et le rapport sur la criminalité organisée de la gendarmerie nationale (SRC, Service central de Renseignement Criminel). Le Service Central de Renseignement Criminel est chargé d’apporter des informations et une compréhension précise de la criminalité organisée et de masse afin d’orienter les actions dans la lutte contre la délinquance dans les phases pré-judiciaire et judiciaire. Structure d’aide à la décision et à l’enquête, à compétence judiciaire nationale, le Service Central de Renseignement Criminel (SCRC) diffuse largement ses productions, notamment aux commandants territoriaux, aux autorités judiciaires et administratives et aux services partenaires de la police nationale. Il constitue l’échelon national de traitement du renseignement criminel de la gendarmerie nationale.Deux documents mis à disposition du ministère de l’Intérieur et dont la diffusion est extrêmement restreinte. Xavier Raufer qualifie leur contenu de « lamentable » n’hésitant pas à parler de « désastre » voire d’« oraison funèbre ».

Il est très difficile de se procurer ces derniers rapports mais ceux de 2013–2014 sont consultables sur internet. On peut sérieusement supposer que le contenu de la mouture 2019, ne diffère guère sinon par l’aggravation de la situation. Ce qu’on y découvre est édifiant.

Pas étonnant que la maison Castaner cache soigneusement de telles bombes

Refugees Welcome

« Welcome refugees » ou « Welcome prisoners » ?

Ces rapports sont bourrés de faits, de chiffres et même de cartes, paraît-il : du beau travail de renseignement. Mais, quel que soit le bout par lequel on prend ces rapports, le constat reste inchangé : les malfaiteurs étrangers (ou d’origine étrangère) sont partout et les Français de souche nulle part ! Il n’est fait état que de criminels issus des quartiers hors contrôle, massivement issus de l’immigration africaine/maghrébine (narco-banditisme, délinquance d’appropriation, vols de fret, etc…) mais pas seulement… Pour les trafics d’armes, on trouve des « éléments de la communauté turque » et des « minorités ethniques non sédentarisées » [sic !], souvent des malfaiteurs des « cités sensibles ».
Pour les vols de tracteurs et autres matériels agricoles, des « criminels de Lituanie »
Pour les trafics de stupéfiants, des « organisations criminelles turques, albanaises, marocaines et pakistanaises ».
Pour les trafics d’êtres humains, migrants et autres, des « réseaux structurés de la criminalité internationale (Balkans, Afrique, Chine, Amérique latine, Roms, bandes des quartiers hors contrôle…) ».
Pour les fraudes aux billets d’avion, des « malfaiteurs africains ou issus du Moyen-Orient et de l’Europe de l’est ».
Pour la prostitution, des « Roms », entre autres, qui prostituent même les femmes de leurs propres clans ! Etc, etc.

À quoi s’ajoutent : l’activisme de malfaiteurs appartenant à la communauté des gens du voyage sédentarisés (niveau 3 [échelle d’intensité allant de 0 à 4]) qui évoluent sur tout le spectre des atteintes aux biens (cambriolages, vols dans les commerces, arrachages de DAB, attaques de DAB…) ; le banditisme local comprenant des réseaux structurés enracinés dans la criminalité organisée (niveau 4) ; les groupes criminels roumains, notamment ceux de la communauté Roms qui se positionnent sur le secteur des atteintes aux biens et celui de la traite des êtres humains ; le milieu russo-géorgien très structuré (niveau 4) impliqué dans les affaires d’extorsion de fonds, d’homicide et de blanchiment de capitaux ; enfin, des malfaiteurs appartenant à la communauté chinoise (niveau 1) qui s’implantent doucement dans la traite des êtres humains via les salons de massages spécialisés.

D’après les médias « officiels » qui ont pu consulter les derniers rapports datant de juillet 2019, « il n’y aurait pas d’infléchissement notoire des activités criminelles dans notre pays à part une moindre affection pour les vols à main armée ». Comprenez : tout va bien. En revanche, on observerait — toutefois — un fort développement du « néo-banditisme de cité » où le proxénétisme serait en forte progression, notamment via l’internet, du fait de la mutation du « proxénétisme de cité » qui délaisserait les recrutements « internes » (comprendre dans la cité) pour chercher ses victimes sur les réseaux sociaux, les soirées… Par le fait, cette criminalité « de cité », reste l’apanage des communautés arabo-africaines.

Dans notre région Provence Alpes-Côte d’Azur – qui englobe Montpellier et Nîmes dans le rapport –, on note la « Présence constante d’un néo-banditisme de cité (niveau 3), en particulier dans les départements du Gard et des Bouches-du-Rhône ». Ce banditisme concerne essentiellement le trafic de drogue. Souvent « originaires des pays du Maghreb, notamment du Maroc », les malfaiteurs polycriminels [re-sic] occupent une position quasi-monopolistique sur l’ensemble du pourtour méditerranéen devenu la plaque tournante de la drogue pour les marchés européens. Cette activité criminelle favorise un climat de tension permanent entre voyous qui peut conduire, épisodiquement, jusqu’à des règlements de comptes sanglants.

On constate avec sidération qu’en termes de sécurité, la France se trouve dans une situation pire que sur le plan sanitaire.

Comment le banditisme allogène venu du monde entier – d’aussi loin que la Mongolie ou le Chili ! – a‑t-il pu s’installer aussi facilement dans notre pays pour le piller ? Et pourquoi ? Comment a‑t-il réussi le tour de force de se substituer à la délinquance autochtone – excepté le milieu corso-marseillais ?

Les réponses sont contenues dans les questions : une immigration permanente encouragée par l’Europe maastrichienne, l’implantation de communautés offensives protégées par des associations influentes (et subventionnées !), des gouvernants successifs délibérément aveugles, taulards d’une idéologie gauchiste dominante, une justice endoctrinée et laxiste parce que totalement hors service, etc…

C’est donc un fait : la criminalité en France est désormais presqu’exclusivement étrangère

Il suffit d’aller faire un petit tour dans les prisons pour s’en convaincre. Pourtant, on s’obstine à nous faire croire que 20% seulement des personnes incarcérées sont des étrangers. Or, dans le même temps, on avoue que 70% sont des musulmans (source dreuz.info) ! Comme il existe très peu de Français de souche convertis, on peut en conclure avec une marge d’erreur dérisoire que 70% de la population carcérale est d’origine étrangère. Et les autres, ceux qui se disent Français, ne le sont que par les papiers. Leurs us et coutumes ne laissent planer aucun doute.

Laveritepourtous.com

Netanyahou : « Il est temps d’appliquer la loi israélienne en Cisjordanie et d’écrire un nouveau chapitre du sionisme »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a annoncé le 17 mai la mise en place, à partir du 1er juillet, d’une stratégie visant à appliquer le plan de paix israélo-américain, qui prévoit notamment d’annexer des pans de la Cisjordanie.

« Il est temps » d’annexer des pans de la Cisjordanie occupée, a déclaré le 17 mai le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou devant le Parlement réuni pour un vote de confiance sur le gouvernement d’union avec son ex-rival Benny Gantz.

« Voici la vérité : ces territoires sont là où le peuple juif est né et s’est développé. Il est temps d’appliquer la loi israélienne et d’écrire un nouveau chapitre glorieux dans l’histoire du sionisme », a déclaré Benjamin Netanyahou, utilisant ainsi ses éléments de langage habituels pour évoquer l’annexion des colonies juives en Cisjordanie.

Selon Netanyahou, l’annexion « rapprochera » Israël de la « paix »

L’accord de partage du pouvoir entre Benjamin Netanyahu et Benny Gantz prévoit l’annonce, à partir du 1er juillet, d’une stratégie visant à appliquer le projet américain de résolution du conflit israélo-palestinien. Rejeté par les Palestiniens, ce plan prévoit notamment l’annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies israéliennes en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l’Etat hébreu.

« La vérité, et tout le monde le sait, c’est que les centaines de milliers de résidents de Judée-Samarie [terme utilisé par les autorités israéliennes pour parler de la Cisjordanie] resteront toujours chez eux, quel que soit l’accord de paix trouvé in fine », a affirmé le Premier ministre devant les parlementaires. Et d’ajouter : « L’annexion « ne nous éloignera pas de la paix, elle nous en rapprochera. »

De son côté, Benny Gantz s’est exprimé pour sa part sur la pandémie de Covid-19 et sur la nécessité pour les Israéliens d’être unis, mais n’a rien dit sur l’annexion de territoires cisjordaniens.

Dans la foulée de la prise de parole des deux chefs de l’exécutif israélien, la Knesset a approuvé le gouvernement d’union mené par Benjamin Netanyahou et Benny Gantz, mettant ainsi fin à la plus longue crise politique de l’histoire moderne de l’Etat hébreu. Suite à un report en date du 14 mai, les parlementaires ont été conviés le 17 mai pour un vote de confiance : 73 députés sur 120 ont voté en faveur du gouvernement d’union, soit 12 de plus que le seuil de la majorité.

Par ailleurs, le projet d’annexion avait été évoqué le 13 mai par le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, en visite-éclair à Jérusalem où il avait rencontré Benjamin Netanyahu et Benny Gantz.

Les Palestiniens et la Jordanie voisine avaient de leur côté déjà mis en garde contre les conséquences d’un tel projet. La plupart des pays de l’Union européenne veulent aussi convaincre Israël d’y renoncer pour éviter de devoir sanctionner ce pays.

Laveritepourtous.com

L’ambassadeur de Chine en Israël retrouvé mort chez lui

L’ambassadeur de Chine en Israël a été retrouvé mort dimanche 17 mai dans sa résidence en banlieue de Tel-Aviv, où la police a ouvert une enquête, ont annoncé des sources israéliennes.

Du Wei, 57 ans et entré en fonction en février, a été retrouvé mort dans sa résidence à Herzliya, ville huppée près de la métropole Tel-Aviv, a indiqué le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

(…)

Du Wei avait été ambassadeur en Ukraine avant de prendre ses fonctions en Israël, selon sa biographie sur le site de l’ambassade.

Son décès intervient quelques jours après la visite à Jérusalem du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo qui a récemment exhorté Israël, allié des États-Unis, à limiter les investissements chinois dans des secteurs stratégiques sur son sol, selon des informations de presse.

Laveritepourtous.com

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Brûler le drapeau européen désormais puni de prison en Allemagne …

Le parlement allemand a voté jeudi une loi qui place au rang de crime la souillure de drapeaux étrangers, au même titre que le drapeau allemand.

Ceux qui enfreindraient cette loi risqueraient jusqu’à trois ans de prison, a rapporté la BBC. Selon le média britannique, cette décision a été prise suite à l’incendie d’un drapeau israélien lors d’une manifestation à Berlin, en 2017.

«Brûler des drapeaux en public» attise «la haine, la colère et l’agression», a martelé Christine Lambrecht (SPD), ministre allemande de la Justice.

Le parti d’extrême droite l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) a de son côté condamné une mesure qu’il considère comme «une ingérence excessive dans la liberté d’expression et d’expression artistique».

En France, la profanation du drapeau national est passible d’une amende pouvant atteindre 7.500 euros et d’une peine de prison d’une durée de six mois.

Laveritepourtous.com

Loi Avia. Votre député a-t-il voté pour la censure ?

L’Assemblée nationale a approuvé en lecture définitive la proposition de loi dite « contre la haine en ligne » initiée par Laetitia Avia mais portée également en arrière plan par le CRIF(conseil représentatif des institutions juives en France). Elle prendra effet le 1er juillet.

Concrètement, le texte de loi oblige les plateformes ayant un forte visibilité à réagir en l’espace de 24 heures en cas de signalement concernant un contenu qui est « manifestement illicite ». Pour avoir une force pratique, le texte exige un système de notification accessible et rapide à remplir.

Les contenus tombant sous le coup de cette loi sont ceux s’attaquant à la dignité humaine (contenus homophobes, racistes ou sexistes), provoquant à la haine, à la violence et à la discrimination, faisant l’apologie de certains crimes, commettant des injures aggravées, niant les crimes contre l’humanité, se livrant à du harcèlement sexuel, étant des contenus pédopornographiques, provoquant au terrorisme ou se livrant à son apologie. Dans des cas très particuliers, ce délai peut être réduit à une heure seulement. Cela vise les contenus à caractère terroriste ou bien pédopornographiques, mais dans le cas où ce sont les autorités publiques qui sont à l’origine du signalement.

Le panel est extrêmement large, et ce sont donc des modérateurs travaillant pour des sociétés étrangères qui remplaceront ainsi les juges et les tribunaux, dépossédant ainsi les citoyens du peu de souveraineté dont ils disposaient encore…

Pour contraindre les plateformes à jouer le jeu, la loi prévoit des sanctions qui peuvent être très sévères. En cas de manquement à ses obligations, une entreprise peut se voir infliger une amende de 1,25 million d’euros. Quant au CSA (qui deviendra bientôt l’Arcem, avec sa fusion à venir avec Hadopi), il lui sera possible de prononcer des amendes jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires annuel mondial du site incriminé.

Parmi les autres dispositions du texte figurent des mesures contre la duplication de contenus haineux : l’autorité administrative peut ordonner le blocage de l’accès à tous sites reprenant, partiellement ou totalement, le contenu d’un site préalablement interdit par la justice (les fameux sites miroirs). Les acteurs de la publicité sont aussi dans la boucle pour assécher les finances des celles et ceux qui laissent prospérer ces contenus. La loi donne aussi le coup d’envoi d’un parquet et une juridiction spécialisés pour lutter contre les contenus haineux en ligne.

Les députés qui ont voté la loi liberticide

Vous trouverez ici la liste des députés qui ont voté pour et contre cette nouvelle loi liberticide (qui vient s’ajouter aux lois PlevenGayssotTaubira qui se sont succédées depuis 1972 sans que ceux qui s’y étaient opposés à l’époque, y compris à droite, ne reviennent dessus une fois au pouvoir). Une loi votée, il faut le rappeler, par une Assemblée nationale élue par une minorité de Français.

Parmi eux, voici les députés (notamment des députés de Bretagne) qui veulent faire de l’Internet un nouvel espace contrôlé, par des opérateurs étrangers et sous la menace des lois répressives vis à vis de la liberté d’expression. A noter que les députés du groupe Les Républicains, ceux du RN et ceux de la France Insoumise ont voté contre.

Groupe LREM

Mme Caroline Abadie, Mme Bérangère Abba, M. Damien Adam, M. Lénaïck Adam, M. Saïd Ahamada, M. Éric Alauzet, Mme Ramlati Ali, M. Patrice Anato, M. Pieyre-Alexandre Anglade, M. Jean-Philippe Ardouin, M. Christophe Arend, Mme Stéphanie Atger, Mme Laetitia Avia, M. Florian Bachelier, M. Didier Baichère, M. Frédéric Barbier, M. Xavier Batut, Mme Sophie Beaudouin-Hubiere, M. Belkhir Belhaddad, Mme Aurore Bergé, M. Hervé Berville, M. Grégory Besson-Moreau, Mme Barbara Bessot Ballot, Mme Anne Blanc, M. Christophe Blanchet, M. Yves Blein, M. Pascal Bois, M. Bruno Bonnell, Mme Aude Bono-Vandorme, M. Julien Borowczyk, M. Éric Bothorel, M. Florent Boudié, Mme Brigitte Bourguignon, M. Bertrand Bouyx, Mme Pascale Boyer, Mme Yaël Braun-Pivet, M. JeanJacques Bridey, Mme Blandine Brocard, Mme Anne Brugnera, Mme Danielle Brulebois, Mme Anne-France Brunet, M. Stéphane Buchou, Mme Carole Bureau-Bonnard, M. Pierre Cabaré, Mme Céline Calvez, Mme Émilie Cariou, Mme Anne-Laure Cattelot, M. Lionel Causse, Mme Danièle Cazarian, Mme Samantha Cazebonne, M. Jean-René Cazeneuve, M. Sébastien Cazenove, M. Anthony Cellier, M. Jean-François Cesarini, Mme Émilie Chalas, M. Philippe Chalumeau, Mme Annie Chapelier, Mme Sylvie Charrière, Mme Fannette Charvier, M. Philippe Chassaing, M. Guillaume Chiche, M. Francis Chouat, M. Stéphane Claireaux, Mme Mireille Clapot, Mme Christine Cloarec-Le Nabour, M. Jean-Charles ColasRoy, Mme Fabienne Colboc, Mme Bérangère Couillard, Mme Michèle Crouzet, M. Dominique Da Silva, M. Olivier Damaisin, M. Yves Daniel, Mme Dominique David, Mme Typhanie Degois, M. Marc Delatte, M. Michel Delpon, M. Nicolas Démoulin, M. Frédéric Descrozaille, M. Christophe Di Pompeo, M. Benjamin Dirx, Mme Stéphanie Do, M. Loïc Dombreval, Mme Jacqueline Dubois, Mme Coralie Dubost, Mme Nicole DubréChirat, Mme Audrey Dufeu Schubert, Mme Françoise Dumas, Mme Stella Dupont, M. JeanFrançois Eliaou, Mme Sophie Errante, M. Christophe Euzet, Mme Catherine Fabre, Mme Valéria Faure-Muntian, M. Jean-Michel Fauvergue, M. Jean-Marie Fiévet, M. Philippe Folliot, Mme Emmanuelle Fontaine-Domeizel, Mme Pascale Fontenel-Personne, M. Alexandre Freschi, M. Jean-Luc Fugit, Mme Camille Galliard-Minier, M. Thomas Gassilloud, M. Raphaël Gauvain, Mme Laurence Gayte, Mme Anne Genetet, M. Raphaël Gérard, Mme Séverine Gipson, M. Éric Girardin, M. Joël Giraud, Mme Olga Givernet, Mme Valérie Gomez-Bassac, M. Guillaume Gouffier-Cha, Mme Perrine Goulet, M. Fabien Gouttefarde, Mme Carole Grandjean, Mme Florence Granjus, M. Romain Grau, Mme Olivia Gregoire, M. Benjamin Griveaux, Mme Émilie Guerel, M. Stanislas Guerini, Mme Marie Guévenoux, Mme Nadia Hai, Mme Véronique Hammerer, M. Yannick Haury, Mme Christine Hennion, M. Pierre Henriet, Mme Danièle Hérin, M. Alexandre Holroyd, M. Dimitri Houbron, M. Sacha Houlié, M. Philippe Huppé, Mme Monique Iborra, M. Jean-Michel Jacques, Mme Caroline Janvier, M. Christophe Jerretie, M. François Jolivet, Mme Catherine Kamowski, M. Guillaume Kasbarian, Mme Stéphanie Kerbarh, M. Yannick Kerlogot, M. Loïc Kervran, Mme Fadila Khattabi, Mme Anissa Khedher, M. Rodrigue Kokouendo, M. Jacques Krabal, Mme Sonia Krimi, Mme Aina Kuric, M. Mustapha Laabid, M. Daniel Labaronne, Mme Amélia Lakrafi, Mme Anne-Christine Lang, Mme Frédérique Lardet, M. Jean-Charles Larsonneur, M. Michel Lauzzana, Mme Célia de Lavergne, M. Pascal Lavergne, Mme Fiona Lazaar, M. Gaël Le Bohec, Mme Sandrine Le Feur, M. Didier Le Gac, M. Gilles Le Gendre, Mme Annaïg Le Meur, Mme Nicole Le Peih, M. Fabrice Le Vigoureux, Mme Marie Lebec, M. Jean-Claude Leclabart, Mme Charlotte Lecocq, Mme Martine Leguille-Balloy, M. Christophe Lejeune, Mme Marion Lenne, M. Roland Lescure, Mme Monique Limon, M. Richard Lioger, Mme Brigitte Liso, Mme Alexandra Louis, Mme Marie-Ange Magne, M. Mounir Mahjoubi, M. Sylvain Maillard, Mme Laurence Maillart-Méhaignerie, M. Jacques Maire, Mme Jacqueline Maquet, M. Jacques Marilossian, Mme Sandra Marsaud, M. Didier Martin, M. Denis Masséglia, M. Fabien Matras, Mme Sereine Mauborgne, M. Stéphane Mazars, M. Jean François Mbaye, Mme Graziella Melchior, M. Ludovic Mendès, M. Thomas Mesnier, Mme Marjolaine Meynier-Millefert, Mme Monica Michel, M. Thierry Michels, Mme Patricia Mirallès, Mme Sandrine Mörch, M. Jean-Baptiste Moreau, M. Adrien Morenas, Mme Florence Morlighem, Mme Cendra Motin, Mme Naïma Moutchou, Mme Cécile Muschotti, M. Mickaël Nogal, Mme Claire O’Petit, Mme Valérie Oppelt, Mme Catherine Osson, M. Xavier Paluszkiewicz, Mme Sophie Panonacle, M. Didier Paris, Mme Zivka Park, M. Hervé Pellois, M. Alain Perea, M. Patrice Perrot, M. Pierre Person, Mme Anne-Laurence Petel, Mme Bénédicte Pételle, Mme Valérie Petit, Mme Bénédicte Peyrol, Mme Michèle Peyron, M. Damien Pichereau, Mme Béatrice Piron, Mme Claire Pitollat, Mme Barbara Pompili, M. Jean-Pierre Pont, M. Jean-François Portarrieu, M. Benoît Potterie, M. Éric Poulliat, Mme Natalia Pouzyreff, Mme Florence Provendier, M. Bruno Questel, Mme Cathy Racon-Bouzon, M. Pierre-Alain Raphan, Mme Isabelle Rauch, M. Rémy Rebeyrotte, M. Hugues Renson, Mme Cécile Rilhac, Mme Véronique Riotton, Mme Stéphanie Rist, Mme Marie-Pierre Rixain, Mme Mireille Robert, Mme Laëtitia Romeiro Dias, M. Xavier Roseren, Mme Laurianne Rossi, M. Gwendal Rouillard, M. Thomas Rudigoz, M. François de Rugy, M. Pacôme Rupin, M. Laurent Saint-Martin, Mme Laetitia Saint-Paul, Mme Nathalie Sarles, M. Jacques Savatier, M. Jean-Bernard Sempastous, M. Olivier Serva, M. Benoit Simian, M. Thierry Solère, M. Denis Sommer, M. Bertrand Sorre, M. Bruno Studer, Mme Sira Sylla, Mme Marie Tamarelle-Verhaeghe, M. Buon Tan, Mme Liliana Tanguy, M. Jean Terlier, M. Stéphane Testé, M. Vincent Thiébaut, Mme Valérie Thomas, Mme Huguette Tiegna, M. Jean-Louis Touraine, M. Alain Tourret, Mme Élisabeth ToututPicard, M. Stéphane Travert, Mme Nicole Trisse, M. Stéphane Trompille, Mme Alexandra Valetta Ardisson, Mme Laurence Vanceunebrock, M. Pierre Venteau, Mme Marie-Christine Verdier-Jouclas, Mme Annie Vidal, M. Patrick Vignal, Mme Corinne Vignon, M. Cédric Villani, M. Guillaume Vuilletet, Mme Hélène Zannier et M. Jean-Marc Zulesi

Groupe Modem

M. Erwan Balanant, Mme Géraldine Bannier, M. Stéphane Baudu, Mme Justine Benin, M. Philippe Berta, M. Philippe Bolo, M. Jean-Louis Bourlanges, M. Vincent Bru, M. JeanPierre Cubertafon, Mme Marguerite Deprez-Audebert, M. Bruno Duvergé, Mme Sarah El Haïry, Mme Nathalie Elimas, Mme Nadia Essayan, M. Michel Fanget, Mme Isabelle Florennes, M. Bruno Fuchs, M. Laurent Garcia, M. Brahim Hammouche, M. Cyrille IsaacSibille, Mme Élodie Jacquier-Laforge, M. Bruno Joncour, M. Jean-Luc Lagleize, M. Fabien Lainé, M. Mohamed Laqhila, Mme Florence Lasserre, M. Patrick Loiseau, Mme Aude Luquet, M. Max Mathiasin, M. Jean-Paul Mattéi, Mme Sophie Mette, M. Philippe Michel-Kleisbauer, M. Patrick Mignola, M. Bruno Millienne, M. Jimmy Pahun, M. Frédéric Petit, Mme Maud Petit, Mme Josy Poueyto, M. Richard Ramos, Mme Marielle de Sarnez, M. Nicolas Turquois, Mme Michèle de Vaucouleurs et M. Sylvain Waserman

Groupe PS

Mme George Pau-Langevin

Groupe UDI

M. Olivier Becht, M. Thierry Benoit, M. Pierre-Yves Bournazel, M. Guy Bricout, M. Pascal Brindeau, M. Paul Christophe, M. Stéphane Demilly, Mme Béatrice Descamps, M. Philippe Dunoyer, Mme Agnès Firmin Le Bodo, M. Philippe Gomès, M. Meyer Habib, M. Antoine Herth, M. Jean-Christophe Lagarde, M. Vincent Ledoux, Mme Patricia Lemoine, Mme Lise Magnier, M. Pierre Morel-À-L’Huissier, Mme Maina Sage, Mme Nicole Sanquer, M. Francis Vercamer, M. André Villiers et M. Jean-Luc Warsmann

Groupe Liberté et Territoires

M. M’jid El Guerrab

Non inscrits

M. Olivier Gaillard

Laveritepourtous.com

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Le FBI pourrait bientôt accéder sans mandat à l’historique des internautes

Le Sénat américain a rejeté un amendement obligeant les forces de l’ordre à disposer d’un mandat pour accéder à l’historique de navigation des Américains dans le cadre d’enquêtes terroristes.

La décision s’est jouée à un vote près. Ce 13 mai, le Sénat américain a rejeté un amendement bipartisan, qui aurait interdit aux autorités telles que le FBI d’obtenir l’accès aux historiques de navigation et recherches en ligne des Américains sans disposer d’un mandat, et donc de l’approbation d’un juge, relève le site américain Gizmodo.

Le Sénat a écarté l’amendement soutenu par le sénateur républicain Steve Daines et le démocrate Ron Wyden par 59 voix contre 37, juste en-deçà des 60 voix requises. Le vote s’est déroulé dans le cadre d’une nouvelle autorisation du Patriot Act, qui confère aux agences fédérales de larges pouvoirs de surveillance nationale.

L’absence de plusieurs sénateurs

Plusieurs sénateurs soutenant l’amendement, dont Bernie Sanders, ne se sont pas présentés à la session, permettant au « non » de l’emporter. Pour les défenseurs déchus de l’amendement, la collection sans mandat de l’historique de navigation Web des Américains offre « des possibilités illimitées d’abus ».

Laveritepourtous.com

Le Burundi expulse le représentant de l’OMS

Quatre experts de l’Organisation mondiale de la Santé au Burundi, dont son représentant dans le pays, seront expulsés d’ici vendredi, a annoncé le ministère burundais des Affaires étrangères.

(…)

« C’est toute l’équipe de l’OMS chargée d’appuyer le Burundi dans sa riposte contre le Covid-19 […]. Ils sont expulsés alors que le ministre de la Santé a exclu totalement l’OMS de celle-ci, en l’accusant d’ingérence inacceptable dans sa gestion du coronavirus », a expliqué à AFP un responsable burundais, sous couvert d’anonymat.

(…)

Il y a un mois, le ministère burundais des Affaires étrangères avait déjà engagé la même procédure contre les quatre fonctionnaires. Mais il avait suspendu cette décision après des échanges entre le chef de l’État Pierre Nkurunziza et le directeur général de l’OMS, selon des sources diplomatiques et administratives.

Ces expulsions ont lieu quelques jours avant les élections présidentielle et législatives du 20 mai. Le gouvernement burundais est accusé par des médecins et l’opposition de cacher des cas de Covid-19. Le pays n’a pour l’heure officiellement recensé que 27 cas positifs, dont un décès.

Le gouvernement burundais, qui estime que le pays est protégé du Covid-19 par la « Grâce divine », a ainsi décidé de la fermeture de ses frontières, mais n’a pris aucune mesure de confinement, contrairement à la plupart des autres pays de la région.

Depuis le début de la campagne, les réunions politiques ont lieu normalement et attirent d’immenses foules, sans que de réelles mesures sanitaires soient mises en place.

Lire l’intégralité de l’article sur france24.com

Laveritepourtous.com

Fake news sur l’Allemagne : non, l’épidémie ne redémarre pas !

Revenons aux faits, rien qu’aux faits avérés. L’épidémie se termine.

Depuis que les mesures de distanciation sociale s’allègent en France et chez nos proches voisins, les partisans de la prolongation de l’astreinte à domicile policière aveugle tentent de raviver la peur en recourant à la désinformation. Ainsi « les Échos » [1], France Info [2] et Courrier International [3] ont répété, sans la commenter suffisamment, ni en préciser les détails sordides, la propagande alarmiste de Lothar Wieler basée sur « le taux de contagion [4] » qui aurait augmenté.

Pourtant la seule information fiable pour juger de l’évolution d’une épidémie est le nombre de contaminations quotidiennes qui depuis cinq semaines continue de baisser en Allemagne, comme dans tous les pays proches, confinés ou pas.

Rappelons d’abord que l’Allemagne n’a jamais pratiqué l’enfermement policier à domicile que nous avons subi. Si les bars, discothèques, salles de sports, restaurants, salons de coiffure, de tatouages et de massage, crèches et écoles ont été fermés en mars, et les frontières et les commerces non essentiels en avril (ces derniers pendant seulement deux semaines) nos voisins germaniques ont toujours pu se promener ou faire du sport librement, sans devoir présenter d’ausweis.

Le prétendu rebond du risque d’infection surfe sur la découverte récente de trois gros foyers de Covid-19. Les propagandistes de la peur ne précisent pas que ces infections ne concernent pas du tout la population allemande qui vient de retrouver une partie de ses libertés, mais des ouvriers agricoles étrangers ou des employés des abattoirs confinés dans une promiscuité scandaleuse dans deux entreprises industrielles.

Comme le rappelait récemment un épidémiologiste de bon sens « entasser des pommes les unes sur les autres provoque le pourrissement, serrer les humains les uns contre les autres facilite les épidémies ». Instrumentaliser des victimes du confinement au travail pour susciter la peur du déconfinement témoigne d’une ironie inappropriée.

Pour revenir à la réalité des faits établis, voici les chiffres les plus récents de l’OMS [5] pour l’Allemagne, la France et leurs voisins. Pour analyser les tendances, plutôt que de scruter les fluctuations des chiffres bruts chaque jour, il est plus approprié de pondérer celles-ci,  en calculant leur moyenne sur une durée de plusieurs jours, ainsi que le présente le tableau ci-après :

Nombre des contaminations journalières pondérées par semaine.AllemagneFrance*ItalieEspagneBelgiqueNederland6-13/439133328394451601402112014-20/426652665323042751264101021-27/41870146826343656103667222-29/4177113192410346081045029/4 au 6/51110727167112147083457 au 10/5108051313141062522324

*La valeur aberrante, liée à la comptabilisation sur un jour du rattrapage des Ehpad a été éliminée

Entre le 6 avril et le 10 mai, on a constaté, en Allemagne et dans tous les pays proches, un recul considérable et continu des contaminations quotidiennes moyennes. Cette diminution atteint 72 % en Allemagne, 85 % en France, 67 % en Italie, 79 % en Espagne, 63 % en Belgique et 71 % aux Pays-Bas (qui n’ont jamais souffert de mesures de confinement).

Aucun élément objectif ne permet donc de parler de recrudescence des contaminations après libération du carcan sanitaire, contrairement à ce que prétendent certains. La crainte d’une deuxième vague ne repose sur aucun fait scientifique avéré, mais uniquement sur une simulation erronée de Neil Ferguson [6] et a autant de valeur que les prédictions que tirent les mages de leur boule de cristal.

Laveritepourtous.com